Des vulcanologues découvrent une « autoroute de l’enfer »

Les chercheurs l’appellent « l’autoroute de l’enfer » : c’est la voie souterraine permettant à certains volcans d’entrer en éruption extrêmement rapidement, déjouant les tentatives de prévision, selon une étude publiée mercredi 31 juillet dans la revue Nature.

supervolcans

Les volcans crachent de la roche en fusion, le magma, produit dans le manteau terrestre, la couche intermédiaire entre le noyau de la Terre et la croûte terrestre. Le magma venant du manteau se stocke sous le volcan dans ce que les géologues appellent une « chambre magmatique », qui joue le rôle de réservoir jusqu’à ce que la pression devienne trop importante. C’est alors que l’éruption se produit.

ÉRUPTION EXPRESSE

Normalement, le magma du manteau remonte lentement vers la chambre, s’attardant longuement dans une espèce de halte intermédiaire, plusieurs kilomètres sous le volcan. Mais la nouvelle étude suggère qu’il peut exister des voies allant directement du manteau à la chambre magmatique. Le volcan peut alors être sous pression, c’est-à-dire prêt à exploser, en quelques mois, autant dire en un rien de temps pour les géologues.

Une équipe dirigée par Philipp Ruprecht (université Columbia, New York) a étudié ce scénario en analysant les traces de l’éruption du volcan Irazu, au Costa Rica, survenue entre 1963 et 1965. Dans des cristaux d’olivine, un minéral issu des laves volcaniques, ils ont ainsi découvert des éclats de nickel, un élément présent dans le manteau, qui témoignent d’une ascension extrêmement rapide du magma. Si l’ascension avait été plus lente, le nickel aurait en effet fondu et aurait été diffusé à travers les cristaux.

« UN CONDUIT DU MANTEAU JUSQU’À LA CHAMBRE MAGMATIQUE »

schema_coupe_volcan

Les chercheurs ont calculé que le magma avait réalisé une ascension de 35 kilomètres à travers la croûte terrestre en quelques mois seulement. « Il doit y avoir un conduit du manteau jusqu’à la chambre magmatique », a déclaré la géochimiste Terry Plank. « Nous aimons l’appeler ‘l’autoroute de l’enfer' », a-t-elle ajouté.

De l’olivine avec des éclats de nickel a également été retrouvée dans des volcans au Mexique, en Sibérie et dans le nord-ouest de l’Amérique, prouvant qu’il ne s’agit pas d’un phénomène local, souligne l’université Columbia dans un communiqué.

Ces résultats peuvent expliquer pourquoi les sismologues ont parfois détecté de mystérieux tremblements de terre à de grandes profondeurs – 20 à 30 kilomètres – plusieurs mois avant de fortes éruptions. Ces séismes peuvent être le signe que le magma force sa route à travers des voies cachées. Les chercheurs citent l’éruption du Pinatubo, aux Philippines, en 1991, ou encore celle du volcan islandais Eyjafjallajökull, en 2010.

En quelques décennies seulement des supervolcans se réveillent …

super eruption

Plus de 3 000 ans après la violente éruption volcanique qui avait ravagé l’île de Santorin en mer Egée (La fameuse Atlantide de platon dont un article et une vidéo vous sont disponible dans les couloirs du net) , à l’âge du bronze, des scientifiques ont découvert que les « supervolcans » sont capables de se réveiller en quelques décennies seulement, selon une étude publiée mercredi 1er février dans la revue scientifique britanniqueNature.

L’explosion du volcan Santorin, vers l’an 1630 avant J.-C., suivie d’un gigantesque tsunami, aurait pu être à l’origine du mythe de l’Atlantide, selon certaines théories. De 40 à 60 km3 (ou milliards de m3) de magma avaient été éjectés lors de cette éruption survenue 18 000 ans après la précédente grande éruption du Santorin, soit un long intervalle entre deux violents réveils du célèbre volcan.

Cependant, l’étude des cristaux du magma a mis en évidence des processus survenus moins de cent ans avant la dernière éruption, selon Timothy Druitt du laboratoire « Magmas et volcans » à Clermont-Ferrand, principal auteur de cette étude. De gros volumes de magma auraient alimenté le réservoir du volcan au cours du siècle précédant l’éruption. Le mélange de différents volumes de magma riches en silices se poursuivaient même toujours au cours des derniers mois, soulignent les chercheurs.

IMPLICATIONS POUR LA SURVEILLANCE DES « SUPERVOLCANS »

volcanologue

Ces observations ont des implications pour la surveillance d’autres volcans du même type, qui s’effondrent en formant une vaste dépression ou caldéra, et sont toujours potentiellement actifs. Les volcans de Yellowstone (Etats-Unis) etCampei Flegrei (Italie) ont eu des éruptions caldériques voici respectivement 640 000 et 39 000 ans. Plus récemment, en 1991, le mont Pinatubo, aux Philippines, s’était brutalement réveillé.

« Notre étude montre que la réactivation, la croissance et l’assemblage final de grands réservoirs de magma » peuvent se produire « à des échelles de temps très courtes », des mois ou décennies, par rapport aux longues périodes de repos, concluent les chercheurs.

« La surveillance à long terme des grands systèmes caldériques en repos est nécessaire, même dans des zones isolées du globe, pour qu’une telle phase de croissance rapide du réservoir magmatique, en l’espace de quelques décennies, puisse être détectée bien avant une grande éruption explosive », estiment-ils.

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. candide57 dit :

    j’ai vu un documentaire là dessus, c’est impressionnant!!!

    J'aime

  2. vever02 dit :

    Nous croyons tout savoir sur la nature ! ! ! !

    J'aime

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s