Le maïs transgénique bientôt en Europe ?

le

La Commission européenne s’entête avec les OGM dans un modèle agricole à bout de souffle !

Récemment jugée trop lente par la Cour de Justice de l’UE, la Commission européenne s’emballe et donne aujourd’hui son feu vert pour autoriser la culture du maïs transgénique 1507 de Pioneer
La balle est maintenant dans le camp des états membres : lors du prochain conseil des ministres de l’environnement le 13 décembre, ils devront réunir une majorité qualifiée pour décider… Faute de quoi la Commission serait obligée d’autoriser la culture de ce nouvel OGM.

Action against Genetic Engineering in France

Cette situation ne s’était pas produite depuis 2010 et l’autorisation de la pomme de terre Amfloraimposée par la Commission européenne. Qui a par ailleurs été un cuisant échec, puisqu’elle a été si peu cultivée que BASF en a stoppé la commercialisation au bout de 2 ans !

Les raisons pour ne pas autoriser ce maïs transgénique ne manquent pourtant pas.
Et en tout premier lieu, l’aberration du système agricole en vigueur, qui consiste à empiler les problèmes !

La culture des OGM est synonyme de toujours plus de pesticides, d’impacts sur la biodiversité et sur les écosystèmes, d’apparition de résistances (insectes, plantes, …) et de moins d’agriculteurs.
Alors que la solution réside justement dans une agriculture qui préserve et utilise les fonctions naturelles des écosystèmes en se basant sur les principes de l’agronomie et les savoir-faire paysans.
Avec trois autres organisations, Greenpeace a d’ailleurs adressé jeudi dernier un courrier aux 28 Commissaires Européens pour leur exposer ces principales raisons de s’opposer à la culture du maïs 1507. (Voir ce courrier – en anglais)

L’évaluation de cet OGM ne satisfait pas le minimum requis par la législation européenne !

Le maïs transgénique 1507 a deux traits spécifiques : il est modifié pour produire un insecticide (la toxine Bt, ciblant la pyrale du maïs) et résister à des herbicides, en particulier le glufosinate d’ammonium, si toxique que l’UE envisage d’en programmer le retrait d’ici 2017.

La législation européenne requiert une évaluation des risques pour ces 2 traits. Or un seul l’a été : la production d’insecticide. Et cette évaluation révèle des risques pour des organismes non cibles (papillons diurnes et nocturnes) ainsi qu’un manque de données scientifiques concluantes concernant les risques pour les pollinisateurs tels que les abeilles ou encore les organismes aquatiques. Sur la base des avis de l’EFSA, la Commission européenne a par 2 fois demandé à Pionner d’apporter des compléments sur ces points, ce que Pioneer a toujours refusé.

Les impacts de la tolérance à l’herbicide n’ont pas été évalués

La législation européenne requiert également d’évaluer les changements dans les pratiques agricoles causés par la culture d’OGM tolérant aux herbicides. Il s’agit en particulier d’évaluer les effets des herbicides associés à l’OGM sur la biodiversité et les organismes non cibles. Une requête renforcée en décembre 2008 à l’unanimité par le conseil des ministres de l’UE. Cette même année, la Commission avait expressément demandé à l’EFSA de réaliser une telle évaluation, mais celle-ci manque toujours.

Cette évaluation est d’autant plus cruciale que la culture d’OGM tolérant des herbicides entraîne une augmentation très importante de l’utilisation d’herbicides !

En résumé : la  Commission européenne donne aujourd’hui son feu vert pour autoriser la culture du maïs transgénique 1507 de Pioneer, alors qu’en réalité, elle a entre les mains toutes les cartes pour ne pas le faire! (Voir l’article : UE – Maïs OGM TC1507 : la Commission peut proposer un refus d’autorisation sur Inf’OGM)

Les OGM, une technologie dépassée qui ne présente pas d’intérêts

Une large majorité d’Européens continue à rejeter les OGM, en raison de leurs risques environnementaux et sanitaires mais également pour leur manque d’intérêts.
La culture des OGM n’augmente globalement pas les rendements, ni la résistance aux conditions climatiques extrêmes telles que sécheresses ou inondations. Ils n’apportent pas plus de solution à la dégradation des sols ou à la pollution des eaux. 
La technologie OGM est basée sur une compréhension simplifiée des systèmes biologiques qui n’apporte pas de solution efficace et durable aux problématiques agricoles. La solution réside dans une agriculture écologique, basée sur la compréhension et l’utilisation des systèmes biologiques complexes.
La France doit non seulement s’opposer à l’autorisation de culture de ce maïs OGM mais également convaincre les autres pays européens d’en faire autant !

Publicités

6 commentaires Ajouter un commentaire

  1. je vais faire mon potager, tu sais jaimerai bien, je suis pas rassurée

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Oui; l’avenir de nos enfants n’est pas joli-joli, et c’est à nous qu’ils en tiendront rigueur !!!

      J'aime

  2. vever02 dit :

    Tu sais, je pense que cela fait longtemps que l’on en mange sans le savoir…

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Ce qui est sûr, c’est que pour les produits industriels, c’est plus que probable, conserves, bocaux ou surgelés, impossible de savoir ce qu’il y a dedans exactement. Ne serait-ce que les additifs on ne sait pas vraiment, mais alors l’origine génétique des légumes ou même de oeufs des céréales et autres …
      C’es tour ça que je mange le moins possible de produit fabriqués, préférant acheter les produits de base au producteur.
      Je sais que même là, on n’est pas certain à 100%, mais au moins en évitant la filière industrielle, on y gagne déjà en santé !!!

      J'aime

  3. évhémère dit :

    Il doit y avoir des dirigeants en manque de commissions occultes !… ( Puisque nous savons maintenant que cette technoscience est surtout une escroquerie, voire une tentative frauduleuse de breveter la Naure !… Les instances nationales pasent leur temps à invalider les brevets de Monsanto et consorts !… )

    J'aime

  4. steve legere dit :

    C’est le pognon qui régit tout !
    Les ogm sont des produits conçus pour être plus résistants aux bactéries, virus, insectes et autres infections au cours de leur croissance. Plus vite prêt à consommer, ils représentent un gin financier pour le producteur (moins de temps pour s’en occuper, et plus de culture à l’année).
    Sur le principe de production, c’est une réussite totale, mais sur le plan sanitaire, c’est une catastrophe qui n’affole personne car les effets se ressentent sur le long terme.
    On accuse le tabac d’être responsable des cancers du poumon, pourtant bien des non fumeurs en meurent sans qu’on nous explique pourquoi ! (pollution industrielle et automobiles ont au moins autant de responsabilités que le tabac). Pour d’autres fléaux (cancers par exemple) on impute ça aux ondes wifi, au stress ou à un mode de vie peu exemplaire. Rare sont les institutions médicales qui montrent du doigt les véritables responsables qui ponctuent toute la chaîne alimentaire depuis Monsanto avec des ohm dès le départ, en continuant sur les éleveurs et agriculteurs qui à leur tours redoublent de vaccins, antibiotiques et autres produits de synthèse pour améliorer le rendement.

    J'aime

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s