Typhon Haiyan, le pire de tous le Typhons ….

CHRONOLOGIE :

10/11 @ 16:00 

:Le typhon Haiyan, l’un des plus puissants jamais enregistrés, a fait au moins 10.000 morts et 2000 disparusdans le centre des Philippines, a déclaré dimanche un responsable de la police, tandis que des villages, noyés sous les vagues, étaient rayés de la carte.

Le cyclone a détruit 70 à 80% des zones qu’il a balayées vendredi et samedi dans la province de Leyte, indique le commissaire Elmer Soria. Les secours ont du mal à atteindre les villages ravagés le long de la côte. Les habitants hébétés sont à la recherche de leurs proches disparus ou en quête de vivres.

Selon les ONG humanitaires, les services de secours sont déjà débordés aux Philippines car le pays a subi un séisme meurtrier, de magnitude 7,2, le 15 octobre dans la province de Bohol (centre), et aussi en raison du nombre important de déplacés par le conflit avec les rebelles musulmans dans la province méridionale de Zamboanga.

Le Programme alimentaire mondial (Pam) a annoncé l’envoi par avion de 40 tonnes de biscuits énergétiques, assez pour nourrir 120.000 personnes pour une journée, ainsi que des fournitures d’urgence et des équipements de télécommunications.

La Commission européenne a fait savoir qu’elle débloquait trois millions d’euros pour venir en aide aux victimes de la catastrophe. L’ambassade des Etats-Unis à Manille a annoncé un don de 100.000 dollars sous forme d’aide médicale et de livraisons d’eau. De son côté, l’Australie donne 15,5 millions de pesos (359.000 dollars US) sous forme de fournitures.

La plupart des morts semblent avoir été causées par la montée des eaux charriant des débris décrite par plusieurs personnes comme ressemblant à un tsunami, avec des maisons rasées et des milliers de personnes noyées.

Des vents atteignant 313 km/h, avec des pointes à 378 km/h, ont été enregistrés et la montée des eaux a englouti des localités situées jusqu’à un kilomètre à l’intérieur des terres.

Chaque année, les Philippines sont frappées par une vingtaine de grosses tempêtes ou de typhons, entre juin et octobre. L’archipel est la première terre sur la trajectoire de ces phénomènes météorologiques qui se forment au-dessus du Pacifique.

Typhons, séismes, éruptions volcaniques… le pays subit régulièrement les foudres de la nature, avec presque à chaque fois un bilan d’autant plus meurtrier que la nation est pauvre et gangrénée par la corruption.

Si le bilan des plus de 10.000 morts se vérifie, Haiyan sera la catastrophe naturelle la plus grave de l’histoire récente des Philippines. La précédente date de 1976, lorsqu’un séisme et un tsunami avaient causé la mort d’entre 5.000 et 8.000 personnes sur Mindanao, une île du sud.

 Le Vietnam a déplacé plus de 600.000 personnes dans 174 000 foyers avant l’arrivée de Haiyan, ont indiqué les autorités qui attendent pour dimanche soir tard le typhon déjà responsable de milliers de morts aux Philippines.

 Au 6quatre personnes ont été tuées et une centaine d’autre en se préparant au typhon, selon des responsables vietnamiens, en coupant des arbres ou consolidant leurs maisons.

Quelque 200.000 des personnes évacuées dans les provinces du centre ont été autorisées à rentrer chez elles en raison d’un changement de trajectoire du typhon vers le nord, qui a forcé à l’évacuation dimanche de 52.000 nouvelles personnes.

Haiyan, l’un des typhons les plus violents à jamais avoir touché terre, s’est affaibli lors de la traversée de la mer de Chine du Sud. Il devrait être rétrogradé en catégorie 1 lorsqu’il touchera la côte du Vietnam, selon le Bureau vietnamien de la météo.

Haiyan avance rapidement vers le nord/nord-ouest, à une vitesse de 35 km/heure », selon les météorologues. Il doit toucher terre dimanche tard, selon la télévision publique, avec des vents à 74 km/h, soit bien moins violents que les pointes de plus de 300 km/h enregistrées aux Philippines vendredi.

Mais selon la Croix-Rouge, le changement de trajectoire risque d' »élargir la zone de la catastrophe de neuf à au moins quinze provinces », forçant à disperser les opérations de secours. « C’est l’un des défis » à relever, a commenté Michael Annear, représentant de la Croix-Rouge au Vietnam, notant qu’avec le changement de trajectoire, les pluies diluviennes et les inondations pourraient également toucher la capitale.

Tous les bateaux ont d’autre part été rappelés dans les ports et la compagnie aérienne nationale Vietnam Airways a annulé 62 vols.

@09:00 :

Le bilan des pertes humaines après le passage du super typhon Haiyan aux Philippines ne cesse de s’alourdir. Faute de moyens de communications opérationnels dans le pays, les secours ont cependant beaucoup de mal à s’organiser, deux jours après le passage d’un des typhons les plus violents de l’année dans le monde et l’un des plus forts à jamais avoir atteint les terres depuis des décennies.

Selon les dernières estimations, près de 10 000 personnes sont mortes dans la province de Leyte, dans le centre des Philippines, après le passage du typhon Haiyan, a annoncé samedi 9 novembre un haut responsable de la police à la presse. Au total, « 70 à 80% des constructions et des structures situées sur la trajectoire du typhon ont été détruites », a-t-il ajouté. Des vents atteignant 315 km/h ont été enregistrés et la montée des eaux a englouti des villes côtières.

Le précédent bilan, donné samedi soir par la Croix Rouge, faisait état de 1 200 morts, dont 1 000 dans la seule province de Leyte. Les autorités ont également confirmé la mort de 300 personnes et la disparition de 2 000 autres sur l’île de Samar, au centre de l’archipel.

Leyte, une île de 1,7 million d’habitants située dans la partie orientale de l’archipel, est une des régions les plus touchées par la tempête. Mais d’autres provinces ont elles aussi été traversées par Haiyan, doté d’un front de quelque 600 kilomètres, et de nombreuses communautés restaient toujours injoignables dimanche. L’inquiétude est vive, notamment concernant le sort des 40 000 habitants de la cité portuaire de Guiuan, point d’entrée du typhon dans ce pays vendredi à l’aube. Aucun contact n’a pu être établi.

Face à l’ampleur de la catastrophe, plusieurs pays ont proposé leur aide. Les Etats-Unis vont fournir des hélicoptères, des avions, des navires et des équipements destinés à la recherche et au sauvetage, a indiqué le secrétaire américain à la défense, Chuck Hagel. L’Australie et la Nouvelle-Zélande ont accordé dimanche une aide de près d’un demi-million de dollars US (370 000 euros), alloués à la Croix Rouge de l’archipel, et indiqué qu’une aide supplémentaire pourrait suivre.

Le gouvernement a dépêché 15 000 soldats dans les zones les plus durement frappées, des avions chargés de matériel et des hélicoptères. Mais, pour le secrétaire aux affaires intérieures, « quelle que soit l’aide apportée, ce ne sera pas assez ».

De son côté, le PAM (Programme alimentaire mondial), une agence de l’ONU, est en train d’organiser le transfert de 40 tonnes d’aide alimentaire. L’Unicef, l’agence onusienne pour l’enfance, a déjà préparé 60 tonnes de matériels de santé et de survie qui partiront d’un de ses centres de logistique à Copenhague et devraient arriver aux Philippines mardi.

La Commission européenne « a déjà envoyé une équipe pour assister les autorités, et nous sommes prêts à contribuer (aux secours) par une aide d’urgence si cela est requis », a fait savoir son président, José Manuel Barroso.

Quant au pape François, il a appelé dans un tweet les catholiques à prier pour les victimes, tandis que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’est dit « profondément attristé par l’ampleur des pertes humaines » causées par Haiyan.

Dans le même temps, le super typhon poursuivait sa course folle. Il s’est cependant affaibli lors de la traversée de la mer de Chine du Sud, et devrait être rétrogradé en catégorie 1 lorsqu’il touchera la côte du Vietnam lundi matin. Le pays s’est tout de même préparé au pire, procédant à l’évacuation de quelque 174 000 foyers, soit plus de 600 000 personnes.

09/11 : Le typhon Haiyan, qui est peut-être le plus puissant jamais vu aux Philippines, a fait au moins 138 morts selon les autorités (dont 100 morts à Tacloban, ville du centre-est de l’archipel dévastée par les vents et la montée des eaux) et 1400 selon la Croix-rouge, rapportent les autorités. 800 000 personnes avaient été préalablement évacuées ce qui a sans aucun doute contribuer à « limiter » le nombre de victime.

L’étendue des dommages provoqués par Haiyan aux Philippines était encore inconnue samedi alors que les zones les plus touchées étaient coupées du monde, les réseaux d’électricité et de téléphonie ayant été détruits. Le super-typhon pourrait avoir fait environ 1 200 morts à Taboclan, une ville de 220 000 habitants située au centre des Philippines et 200 autres dans la province de Samar.

Le bilan va très probablement s’alourdir à mesure que les équipes de secours et l’armée, appelée à la rescousse, atteignent les zones coupées du reste du pays.

La Croix Rouge livrera un nouveau bilan plus précis dimanche, mais les observateurs estiment qu’il faudra plusieurs jours pour mesurer le niveau des dévastations, précise CNN. Il semble que ce soit la ville portuaire de Tacloban dans le centre du pays, sur l’île de Leyte, qui a subi le plus de dégâts. Le bilan officiel est de 138 morts, mais les autorités ont déjà reconnues qu’il était trop tôt pour donner ne serait-ce q’une estimation réaliste.

La raison de la difficulté à dresser ce bilan tient largement au niveau très élévé des destructions des systèmes de communication. Pour donner une idée de l’ampleur des destructions, un humanitaire présent à Tacloban n’a pas hésité à les comparer à ce qu’il avait vu après le tsunami de 2004.

Classé en cinquième et dernière catégorie quand il a abordé les Philippines, Haiyan a été rétrogradé d’un cran samedi, mais pourrait à nouveau gagner en puissance avant d’atteindre le Vietnam dimanche matin.
Les bateaux ont été rappelés aux ports dans 15 provinces vietnamiennes, qui se préparent au risque de glissements de terrain. Près de 300.000 personnes ont été évacuées dans deux de ces provinces, selon les autorités.

Aux Philippines, le contact n’a pu être rétabli avec Tacloban, ville de 200.000 habitants qui semble avoir payé le plus lourd tribut.

Des zones entières de Tacloban, la capitale de 220.000 habitants de l’île de Leyte, sont rasées. La ville se trouvait sur la trajectoire du typhon lorsqu’il était à son maximum, peu après avoir atteint les terres.

Les arbres et les pylônes électriques jonchaient le sol et de nombreuses voitures étaient renversées. Des habitants, hébétés, parcouraient les décombres en réclamant de l’eau aux journalistes parvenus sur place. Huit corps reposaient dans la chapelle de l’aéroport de la ville, très endommagé.

Des vagues de trois mètres se sont abattues sur les côtes, a indiqué la Croix Rouge. Un journaliste de la télévision locale GMA a rapporté avoir compté au moins 30 corps, dont 20 dans une église à Palo, une ville côtière à 10 km de Tacloban.

L’agence chargée des situations d’urgence n’a quant à elle avancé aucun bilan, mais l’étendue des dégâts laisse supposer qu’il dépassera les 100 morts. Presque toutes les maisons ont été détruites, la plupart totalement. Quelques unes sont encore debout, mais elles sont endommagées.

Avant la coupure des communications, les autorités locales avaient signalé d’importantes inondations. Samedi, les réseaux de téléphonie mobile étaient toujours hors service et la plupart des routes coupées.

Des images de télévision tournées à Tacloban, qui se trouve à 580 km au sud-est de Manille, montrent des rues submergées et jonchées de débris. L’aéroport de la ville a été détruit par les vagues et plusieurs membres du personnel militaire qui y est basé ont été portés disparus, selon leur état-major. Deux Hercules C-130 de transport ont toutefois pu s’y poser samedi.

Un million de Philippins ont été évacués dans les 37 provinces après l’appel en ce sens lancé par le président Benigno Aquino. Les évacuations ont débuté trois jours avant l’arrivée du typhon, ce qui a permis de sauver de nombreuses vies, dit-on à Manille.

Certains météorologues estiment en outre que les dégâts pourraient ne pas être aussi importants qu’ils le craignaient dans la mesure où le typhon se déplaçait rapidement, ce qui a limité le risque d’inondations et de glissements de terrain.

Dans l’après-midi, Haiyan se trouvait à 700 km à l’ouest de San José, dans la province de Mindoro Occidental. Les vents qui l’accompagnent peuvent atteindre 220 km/h. Lorsqu’il a abordé les îles de Leyte et de Samar vendredi, des bourrasques de 275 km/h ont soulevé des vagues de cinq à six mètres.

  

Au Vietnam, le typhon Haiyan devrait toucher terre dans le centre du pays dimanche matin. Les autorités ont commencé des évacuations de masse dans au moins quatre provinces côtières. Quelque 170 000 soldats ont été mobilisés pour participer aux opérations de secours. De nombreuses écoles ont été fermées et les habitants vivant dans les villages côtiers les plus exposés à la tempête ont été déplacés vers des lieux plus en hauteur. Des images des médias d’Etat ont montré femmes, enfants et personnes âgées entassées dans des abris.

Haiyan, considéré comme le typhon le plus violent de 2013 et l’un des plus puissants à jamais avoir touché terre depuis des décennies, devrait avoir un peu perdu de sa force lorsqu’il frappera le Vietnam. Mais il reste dans la catégorie des super typhons, doté d’un potentiel de « développements sérieux », a déclaré le premier ministre, Nguyen Tan Dung.

La Croix-Rouge a indiqué que quelque 6,5 millions de Vietnamiens pourraient être affectés par le typhon. Tous les navires ont été rappelés dans les ports et les autorités ont ordonné aux barrages hydroélectriques de renforcer la sécurité « pour limiter les conséquences humaines et matérielles », selon une déclaration postée sur le site du gouvernement.

Haiyan, considéré comme le typhon le plus violent de 2013 et l’un des plus puissants à jamais avoir touché terre depuis des décennies, devrait avoir un peu perdu de sa force lorsqu’il frappera le Vietnam. Mais il reste dans la catégorie des super typhons, doté d’un potentiel de « développements sérieux », a déclaré le Premier ministre Nguyen Tan Dung lors d’une réunion d’urgence vendredi.

b_250_150_16777215_00_images_stories_images_evt_2013_haiyan_081113.jpg 08/11 : Le supertyphon Haiyan balayait tôt ce matin les côtes est de l’archipel des Philippines avec des vents soufflant par rafales jusqu’à 315 km/h, selon l’agence météo des Philippines. Haiyan se trouvait au-dessus de l’île de Samar, à environ 600 kilomètres au sud-est de Manille, après avoir touché la ville côtière de Guiuan à 4 h 40, heure locale (21 h 40, heure de Paris jeudi). Les dégâts à Guiuan, un port de pêche de 40 000 âmes, pourraient être « catastrophiques » vu la puissance du phénomène qui est le plus violent de l’année tout bassins océaniques confondus. Les communications avec la ville ont été immédiatement coupées à l’arrivé du typhon.

Les dégâts sont dores et déjà énormes en raison des vents mais aussi des très fortes précipitations qui accompagnent le typhon. 253 millimètres de précipitations ont déjà été enregistrés à Suriago. On s’attend à des cumuls de plus de 500 mm d’ici la fin de journée (10 mois de pluie à Paris) avec un risque de très graves inondations. Le niveau de la mer s’est élevé de 5 à 10 mètres, tel un tsunami.

Sa puissance semble supérieure à celle d’Usagi en septembre : ce pourrait être le typhon le plus violent de ces 50 dernières années sur les Philippines, et sans doute l’un des plus puissants de l’Histoire contemporaine.

Avec une pression minimale en son centre proche de 870 hPa et des rafales de vent avoisinant les 370 km/h près de l’oeil du cyclone, ce typhon n’aurait d’équivalent que  » Tip  » en 1979 et  » Angela  » en 1995 (les rafales de vent avaient atteint de 260 à 305 km/h).

Avec de telles rafales, l’équivalent de plusieurs mois de pluie en quelques heures, et une houle cyclonique proche de 10 m, le bilan pourrait être particulièrement lourd, même si les autorités ont mis en place un plan massif d’évacuation. A plus longue échéance, Haiyan pourrait conserver tout ou partie de sa puissance en mer de Chine, et frapper ensuite le Vietnam en début de semaine prochaine.

Ce matin, Haiyan balayait le centre et les côtes est de l’archipel. Il a d’abord touché la ville côtière de Guiuan, jeudi soir. Les dégâts dans ce port de pêche de 40.000 âmes pourraient être catastrophiques. Les communications avec la ville ont été coupées dès l’arrivée du typhon. Certains météorologistes s’attendent aux plus vastes destructions causées par un cyclone tropical sur une ville depuis un siècle. À Tacloban, une ville de 200.000 habitants sur le littoral, les rues sont submergées et les bâtiments mis à terre.

Le typhon a déjà fait trois morts et un disparu selon le premier bilan provisoire officiel qui devrait très rapidement s’aggraver.

es autorités estiment que plus de 12 millions de personnes se trouvent sur la trajectoire d’Haiyan, notamment à Cebu, peuplée d’environ 2,5 millions d’habitants et qui a déjà été ravagée le mois dernier par un séisme de magnitude 7,1. Un million de personnes environ sont déjà parvenues dans les zones présentées comme sûres après l’appel lancé par le président philippin Benigno Aquino en direction des habitants des régions côtières et des rives fluviales. Les autorités ont suspendu le trafic des ferries et la pêche.

Le président philippin Benigno Aquino III a averti la population jeudi de se prémunir au maximum contre cette tempête géante qui a fait des pointes à 380 km/h en approchant des Philippines.

Plus de 125 000 personnes dans les zones les plus vulnérables ont été évacuées avant l’arrivée du typhon, selon la défense civile, et des millions d’autres se sont calfeutrées dans leurs maisons.

Le président a averti que certaines zones exposées au front de 600 kilomètres du typhon subiraient de graves inondations et des vents dévastateurs, tandis que les zones côtières pourraient être submergées par des vagues de six mètres de haut. ‘après les autorités, les écoles ont été fermées sur le passage du typhon, les services de ferrys suspendus, et les pêcheurs ont reçu l’ordre de sécuriser leurs embarcations. A Manille, qui n’est pas directement sur le passage de typhon mais pourrait en ressentir des effets, de nombreuses écoles ont été fermées.

Philippine Airlines, Cebu Pacific et d’autres compagnies aériennes ont annoncé la suspension de centaines de vols, pour la plupart intérieurs.

Haiyan devrait quitter les Philippines au cours de la journée de samedi avant de prendre la direction de la Mer de Chine où il risque de gagner encore en puissance avant de menacer le Vietnam ou la Chine. 

07/11 : Le centre des Philippines, déjà éprouvé par un séisme meurtrier mi-octobre qui a fait 215 morts,  se prépare à l’arrivée du super-typhon Haiyan (suivre le bulletin d’alerte ici), qui devrait frapper l’archipel d’ici 24 h. Environ 5000 personnes, dont le logement a été détruit, s’abritent encore sous des tentes.

Selon les autorités philippines, qui organisent des évacuations de la population, les rafales pourraient dépasser les 300 km à l’heure à terre et causer de graves dégâts dans le centre et le sud de l’archipel.

«C’est un typhon très dangereux. Les responsables locaux savent quelles sont les zones les plus vulnérables et ont demandé à ce qu’elles soient évacuées», a déclaré à l’AFP Glaiza Escullar, de l’agence nationale de météorologie.

En outre, il n’y a quasiment pas de montagnes sur sa trajectoire, ce qui aurait permis d’atténuer sa force rapidement, a ajouté le météorologue.

Jeudi matin, Haiyan, qui se trouve au-dessus de l’océan Pacifique, enregistrait des vents réguliers de 278 km/h et des rafales de 333 km/h, selon le centre de surveillance conjoint des typhons de la Marine américaine.

Chaque année, les Philippines sont balayées par une vingtaine de grosses tempêtes ou typhons, généralement entre juin et octobre. Si Haiyan ne faiblit pas avant de toucher terre, il sera le plus violent à frapper l’archipel cette année. Pour le moment, la tempête gagne de la vigueur, selon l’agence météo.

Il est prévu que Haiyan touche l’île de Samar (à 600 km au sud-est de Manille) vendredi matin heure locale (01H00 GMT). Plusieurs destinations prisées des touristes, telles que Boracay et Bohol, se trouvent sur le trajet de la tempête.

06/11 : L’archipel des îles Palau a été balayé par le typhon Haiyan. Les premiers rapports des autorités font état d’importants dommages matériels sur les habitations les lignes électriques et les routes.

On ne déplore pas de décès mais quelques personnes ont été blessées.

 

[ Source : Reuters ]

Advertisements

3 commentaires sur “Typhon Haiyan, le pire de tous le Typhons ….

    • Oui c’est triste, car pas seulement la fatalité. Les constructions d’habitation laissent à désirer, et ces lieux tourmentés par les éléments et cataclysmes devraient bénéficier de mesures d’aide bien plus importants.
      Quand on voit le prix qu’on met dans une guerre, on pourrait en sauver des vies à la place.
      Mais quel intérêt pour ceux qui pourraient le faire ? Aucun, c’est pas rentable .

      J'aime

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s