Rêves lucides, une autre réalité

Peut-on intervenir consciemment dans nos rêves ?

les rêves lucides

[Un article de Steve Légère]

Dans le film  » Inception » avec Léonardo Di Caprio, la notion de rêve lucide poussée à l’extrême permet à un sujet d’entrer dans les rêves d’une personne afin de lui suggérer une idée, une intention ou un doute, de sorte qu’à son réveil, ce dernier croit que cette pensée vient de lui-même et oriente ainsi son comportement ou ses actions. C’est bien sûr de la science fiction, mais le fait de rêver tout en ayant conscience que l’on  rêve et que de ce fait, le rêveur peut intervenir sur le contenu et le scénario de ses songes n’est pas nouveau, on appelle cette faculté un « Rêve lucide ». Mais qu’en est-il exactement ? Quelle est son origine ? Quels sont les témoignages ? Et quel est le point de vue des scientifiques sur la question ?

Freud vous dirait que ce n’est pas possible, que les rêves sont indépendant de notre conscience, qu’ils servent à filtrer nos aspirations, nos frustrations, nos angoisses et nos fantasmes les plus profonds, mais que nous ne pouvons pas décider de leur cours, et encore moins les modifier à loisir. Mais si Freud se trompait ? Ça ne serait pas là sa première erreur.  Découvrons à présent l’histoire des rêves lucides, leur part de réalité et bien entendu, leur part de rêve. Pourtant, bien des questions subsistent sur ce monde onirique, si leur mécanisme physiologique est bien connu, leur conception et leur développement l’est beaucoup moins et soulève bien plus de questions qu’ils n’apportent de réponses. Si nos rêves ne servaient qu’à nous révéler nos émotions les plus enfouies, les moins conscientes lorsqu’on est éveillé et les moins contrôlables,  pourquoi notre cerveau prendrait-il un malin plaisir à les imager avec autant de déformations, de métaphore difficiles à expliquer, et bien d’autres artifices qui nous semblent incohérents et ne laissent au réveil que de possibles interprétations sans plus de certitudes, ce qui au final ne semble pas avoir été utile pour notre esprit. A ce sujet, j’ai ma petite idée personnelle, ces invraisemblances permettent sans doute à notre mémoire de faire la part des choses et de bien séparer les images oniriques des vrais souvenirs.

le monde étrange des rêves
le monde étrange des rêves

Nous n’allons pas ici développer tous les différents types de rêves, ça serait bien trop long d’autant que ceux-ci s’imbriquent dans d’autres catégories et d’autres sous-catégories, cependant nous pouvons nous limiter à trois grandes familles de rêves :

Le rêve neutre : sans intérêt particulier sinon de s’en souvenir, on marche dans la rue, ou on est assis dans un fauteuil, ou encore une discussion banale avec une autre personne … Bref,  il ne se passe rien de spécial, parfois en se réveillant on se dit même « Ho, le rêve nul … » Le rêve de plaisir : Celui-ci nous procure une agréable sensation au réveil, parce qu’on était dans un endroit superbe, parce qu’on a des super pouvoirs ou parce qu’on fait l’amour avec la personne inaccessible qui attise nos fantasmes, ou encore parce qu’on revoyait une personne disparue depuis longtemps et que c’était un plaisir de la revoir, ou parce qu’on est très riche ou puissant ou aimé etc … Le rêve négatif : Ici pas de dessin, les cauchemars les plus horribles ou les situations très dérangeantes qui nous donne un réveil pas génial, et qui peuvent nous perturber une bonne partie de la journée.

A ces catégories de rêves nous n’ajouterons pas les rêves prémonitoires ou les rêves de régression, ni les rêves éveillés. Tout deviendrait trop compliqué et nébuleux alors que chacune mériterait un article rien que pour elle.

tracy-raver-bebe-endormis_2

Origines :

C’est au VIII ème de notre ère qu’apparait la notion de conscience au cours des rêves, Ce yoga trouve ses origines au Nord de l’Inde dans les Six yogas de Nāropa, rédigés au xie siècle, et au Tibet dans divers aspects des pratiques d’origine chamaniste de la religion Bön. Les enseignements principaux des yogas du rêve tibétain reposent sur la Tradition orale de Zang Zhung, une instruction couchée par écrit au VIIIe siècle (mais considérablement plus ancienne selon la tradition Bön) et sur le Tantra Mère. Un manuel de yoga en 6 parties évolutives de méditation menant à six états possibles pour un humain, qui s’achève avec le concept de la réincarnation. Ecrit par Naropa, grand maître indien du XIème siècle, disciple de Tilopa, cet ouvrage rassemble plusieurs enseignements et décrit un yoga du rêve (le livre 4 appelé Milam (rmi-lam)) mettant en œuvre les énergies vitales du corps. Plus tard, ces enseignements furent introduits au Tibet par le disciple de Naropa, Marpa. Dans la pratique du rêve lucide la personne endormie intervient dans son propre rêve. Son principe est de reconnaître, durant le rêve, que l’on est en train de rêver afin de percevoir la dimension illusoire et modifiable à volonté des productions oniriques. Pendant des siècles l’Europe ignorera complètement cet aspect du sommeil, jusqu’à cette année de 1867 ou un livre de Léon d’Hervey de Saint-Denys (publié anonymement) brisa un tabou, celui de l’accessibilité aux rêves.

D_Hervey_de_Saint_Denys
D_Hervey_de_Saint_Denys

C’est ici que le public se prend de passion, car n’oublions pas que nous passons tout de même 118 jours à dormir chaque année, et qu’une personne de 60 ans aura passée 20 ans de sa vie à dormir, soit un tiers de son existence dans un monde au sein duquel il n’a aucune emprise, aucun pouvoir, un univers ou il n’est que le spectateur et l’acteur d’une mise en scène sans script et qu’il ne contrôle pas, et qui pourtant durera tout au long de sa vie. Pouvoir y prendre part de manière consciente, c’est un peu comme s’offrir quelques années de vie en plus ou tout est possible : Marcher sur la Lune en tongs et lunettes de soleil,  voler dans les air sans aucun instrument, plonger et devenir amphibien dans les profondeurs des océans, parler aux animaux, séduire la personne qui nous tient le plus à coeur, tuer sans remord les  indésirables  ou faire apparaitre qui l’on veut, ou l’on veut et quand on veut !

Le terme « lucide » en tant que synonyme de « conscient » a été introduit en 1867 par l’écrivain, sinologue et onirologue français Léon d’Hervey de Saint-Denys dans son ouvrage Les Rêves et les moyens de les diriger. je vous propose de télécharger gratuitement la version originale de 1867 sur notre page d’Ebooks . Ce livre est basé sur ses propres rêves qu’il étudia dès l’âge de 14 ans et tentera toute sa vie d’expliquer le plus simplement du monde aux lecteurs. Passionné par l’onirisme, il passera sa vie à lire et étudier ce qui traite du sujet. Sa passion pour le monde Chinois lui permettra de mettre la main sur ces fameuses philosophies antiques qu’il traduira et modifiera pour les ‘ Européaniser » et les rendre accessibles aux Français ignorant tout des traditions Indouistes, du yoga et du Bouddhisme.

Tous des élus ou seulement quelques personnes ?

les rêves lucides, une autre réalité
les rêves lucides, une autre réalité

Et bien la question ne se pose plus, car en fait, soit tous le monde le peut, soit personne n’y parvient. C’est surtout la question de savoir qui le veut et va s’y consacrer, ou non. Et ceci tout comme les rêves communs ne relève pas de la science, mais bel et bien du domaine de la psychologie, et dans cette optique, la science n’a que très peu d’outils pour observer ces phénomènes nocturnes. Si le cycle du sommeil est parfaitement connu par le scientifique grâce à ses outils, la paralysie du corps, l’activité cérébrale, les aires du cerveau qui s’agitent, il sera en revanche totalement impuissant pour expliquer ce qui touche aux manifestations des rêves puisque ceux-ci ne sont pas des faits biologiques directement observables, mais des manifestation émotionnelles, au même titre que la pensée, les souvenirs ou toute autre corde liée aux émotion qui relèvent de psychophysiologie, ça ne se pèse pas, ne se mesure pas, et si la neurobiologie permet de préciser des zones actives ou réactives, en revanche elle ne peut pas tirer d’images ou d’échantillons physiques du rêve. Au jour d’aujourd’hui l’explication des rêves par la science est aussi peu concrète que peut l’être la matière noire de l’univers, sauf que les rêves ne sont pas une théorie, nous en faisons tous, et ils sont bien une « réalité » aussi exotique soit-elle. Mais c’est une science psychique.

Alors, comment fait-on pour modifier ses rêves ?

L’aspect essentiel permettant de débloquer cet état de rêve lucide est logé au coeur même de nos rêves communs, ce n’est pas un don, c’est une facilité mais pas n’importe quand, ni n’importe comment, souvenez-vous un peu plus haut je vous parlais des trois catégories de rêves … Et oui, les rêves neutres ne vous permettent pas d’évasion, les rêves de plaisir eux ne vous donnent pas envie de les perturber (bien qu’ils représentent pourtant une voie d’accès à cet état « Lucide »), enfin, les rêves négatifs sont la meilleure porte d’entrée. Parmi ces rêves il en est un que vous, qui lisez ces quelques lignes, avez déjà fait au moins une fois, c’est celui de la chute libre. Vous avez dans ce rêve la manifestation la plus incitatrice à entrer dans un rêve Lucide. Cette chute qui n’en fini pas est orchestrée par votre conscience onirique pour vous faire prendre conscience que quelque chose ne va pas, et c’est dans cette chute que vous pouvez réagir lucidement en vous disant que ce n’est pas logique, que vous n’avez rien à faire dans cette situation. Souvent l’émotion est telle que vous vous réveillez au cours de la chute ou juste au moment du choc, mais si tel n’est pas le cas, alors vous êtes encore plus proche de cette lucidité, car vous ne serez pas mort, soit votre chute aura été freinée par un élément salutaire (un arbre, de l’eau, un tapis moelleux ou simplement en atterrissant debout et sans douleur…). C’est là que  vous pouvez être amené à conclure que ce n’est pas réel, et de continuer votre rêve en gardant cette certitude en tête. Par extension, tout élément représentant une anomalie dans votre rêve est une tentative de vous inviter à pénétrer cet univers jusqu’ici hermétique à toute pensée personnelle.

entrez dans vos rêves
entrez dans vos rêves

Et comme je suis quelqu’un de sympathique, je ne me contenterai pas de vous dire qu’il faut lire les 516 pages du livre pour savoir comment parvenir à entrer dans ces rêves, quoi que … 🙂 Non, en fait, c’est très précis, et ça ne dure pas réellement toute la nuit, la méthode généralement utilisée aujourd’hui n’est pas éloignées de celle de Léon d’Hervey de Saint-Denys mais plus contemporaine : globalement, certaines de ces méthodes privilégient l’autosuggestion, une des plus connues étant la méthode MILD (Mnemonic Induction of Lucid Dreams, soit « induction mnémonique de rêves lucides ») développée par Stephen LaBerge (dont vous trouverez l’article en consultation en fin de ce post).

La méthode MILD fait appel à la mémoire prospective : 

-En s’endormant le soir, concentrez vous sur votre intention de vous réveiller à la fin de chacun de vos rêves et de vous en souvenir. Lorsque vous vous réveillez de vos rêves, répétez comme un mantra la phrase clé que vous avez choisie la veille, par exemple « la prochaine fois que je rêverai je veux me souvenir de reconnaître que je suis en train de rêver ». Alors que vous continuez de vous concentrer sur cette intention de vous rappeler que vous rêvez, imaginez que vous êtes de retour dans le rêve dont vous venez de vous réveiller, ou si vous ne vous en rappelez pas, utilisez un autre rêve récent. Cherchez dans ce rêve quelque chose d’incongru, d’inattendu, qui vous prouve qu’il s’agit d’un rêve et imaginez que vous réalisez soudainement qu’il s’agit d’un rêve, par exemple en criant à plein poumons « mais c’est un rêve ! ». Puis continuez votre fantaisie comme si il s’agissait bien d’un rêve lucide, par exemple entraînez-vous au vol. Le but est de vous mettre en situation, de vous visualiser entrain de trouver la lucidité puis d’effectuer votre objectif afin d’ancrer cette idée dans votre inconscient. Essayez de répétez cees étapes sans vous laissez distraire par une autre chose puis laissez vous sombrer dans le sommeil. Elle associe un réveil matinal suivi d’une veille d’environ quarante-cinq minutes et, avant de se rendormir, une visualisation et une autosuggestion ayant pour but de se souvenir de prendre conscience dans le prochain rêve. Dans le même état d’esprit, la suggestion post-hypnotique a aussi été utilisée.

D’autres méthodes s’appuient sur l’examen de l’état de conscience.

pouvoir modifier ses rêves-2

C’est le cas de la méthode « réflexive-critique » décrite par Paul Tholey :

Elle vise à exercer durant la journée une faculté critique touchant la conscience de soi et l’environnement, faculté généralement assoupie durant le rêve ordinaire. Pour ce faire, le sujet met en doute la réalité de son environnement et effectue des « tests de réalité ». On trouve dans les textes bouddhistes des idées similaires, à savoir cultiver un état d’esprit particulier durant l’état de veille ou accroître l’attention prêtée à soi et à son environnement (méditation vipassana) dans le but de le porter dans le rêve et induire la lucidité onirique.

Les témoignages

Voici un petit documentaire sur le sujet dans lequel des rêveurs lucides s’expriment et expliquent leurs rêves et les moyens de vérifier qu’ils rêvent :

Oui, mais au final, cette pratique ne serait-elle pas dangereuse pour le psychisme du rêveur ? Ne serait-il pas tenté de passer de plus en plus de temps dans ce monde illusoire ? Voire même de ne plus se réveiller du tout et rester dans une sorte de coma onirique ? Ne penserait-il pas que le monde réel est au final bien plus sinistre et chiant ? C’est à l’appréciation de chacun, mais je pense que les rêves ont de fantastique, qu’ils sont imprévisibles, et qu’un beau rêve complètement aléatoire vaudra toujours mieux pour l’esprit que n’importe quel songe auto-indiqué.

Méthode MILD – descriptif complet du forum des rêveurs lucides.

Quelques éléments sur Arté Futur sur les rêves lucides.

L’art de diriger ses rêves  et ici, le reste d’une page complète sur l’étude complète des rêves.

Approche scientifique des rêves lucides.

Une thèse d’étude psychologique de l’université de Caen (105 pages) + méthodologie

—————————–

J’espère que cet article vous aura apporté des réponse ou tout au moins satisfait votre curiosité. N’hésitez pas à laisser vos avis, et commentez vos éventuelles retours d’expériences.

Publicités

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s