J.O de Sotchi, des fragments de météorite dans les médailles d’or

le

Oui, vous avez bien lu le titre.

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Souvenez-vous il y a un an, la météorite de Tcheliabinsk semait la panique en Russie. Les scientifiques ont décidé d’en utiliser des fragment pour rehausser encore la valeur des médailles. Mais attention, toutes les médailles d’o des J.O n’en contiennent pas.
Pour l’essentiel, on peut apprendre par Libération que :

Fabriquées par le plus célèbre bijoutier-joaillier russe Adamas, les 1.254 médailles d’or, d’argent et de bronze qui viendront couronner les meilleurs athlètes des jeux Olympiques et Paralympiques de Sotchi auront coûté plus de 7 millions d’euros.

Une trentaine d’ouvriers spécialisés ont participé pendant plusieurs mois à la fabrication des précieux disques, délicats entrelacements de métal et de polycarbonate gravés, qui ont nécessité 16 à 18 heures de travail chacun.

Plus grandes et plus lourdes que celle des jeux Olympiques de Londres en 2012, les médailles, de 10 centimètres de diamètre et un d’épaisseur, pèsent de 460 grammes (bronze) à 531 grammes (or). Celles destinées aux athlètes paralympiques, moins découpées, ont un poids supérieur, jusqu’à 686 grammes.

«Nous avons eu recours aux technologies les plus modernes, qu’on utilise dans l’industrie spatiale et aéronautique», a expliqué Andreï Sidorenko, président d’Adamas, cité par l’agence russe Ria Novosti.

Les médailles d’argent sont constituées à 100% du précieux métal blanc, composant essentiel également des médailles d’or, qui ne sont que plaquées. Afin de préserver leur éclat, elles ont été couvertes d’un film à la composition gardée secrète.

Environ deux tonnes d’argent, 700 kilos de bronze et six kilos d’or pur ont été nécessaires pour les façonner, pour une facture totale de quelque 10 millions de dollars (7,3 millions d’euros).

Imaginées par l’agence de publicité américaine Leo Burnett, les médailles présentent une face ciselée de motifs évoquant la diversité culturelle de la Russie, et sur l’autre des anneaux olympiques. En partie évidées, elles sont incrustées de cristaux de polycarbonarte en forme de flocons de neige, gravés du relief contrasté de la région de Sotchi, entre mer et montagnes.

Sur les médailles des paralympiques figurent en outre des inscriptions en braille pour les non-voyants.

Elles ont aussi été testées pour résister aux émotions fortes des vainqueurs: arrosées de champagne, jetées sur le sol et même… mordues!

Et les météorites alors ?

Mais ce que moins de gens savent, c’est que le 15 février, seules, 6 médailles d’or particulières ont été distribuées, hors podium en plus des médailles d’or officielles des champions du jour pour l’anniversaire de la météorite de Tcheliabinsk, celles-ci ont été rehaussées de fragments de la météorite.

medaille-or-sotchi-meteorite
medaille-or-sotchi-meteorite

La Russie a fait fabriquer en tout une série limitée à 50 médailles avec des morceaux de météorites.

En plus des champions olympiques médaillés d’or du 15 février (dont 1 Français Pierre Vaultier pour le snowboardcross), le musée de Tcheliabinsk recevra aussi une médaille, une autre restera à Sotchi, et les 38 autres seront offertes à des collections privées.

Publicités

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s