Quand Mercure rétrécit.

le

Mercure, la planète la plus petite du système solaire, a vu son rayon rétrécir d’au moins 5 km et jusqu’à 7 km depuis que sa croûte s’est solidifiée il y a quelque 4 milliards d’années, selon une étude publiée dimanche dans Nature Geoscience.

Cette nouvelle évaluation de la contraction globale de Mercure sous l’effet de son refroidissement interne a été établie par l’équipe de Paul Byrne (Institut Carnegie de Washington), à partir d’observations réalisées par la sonde américaine Messenger.

Elle est nettement supérieure aux précédentes estimations (0,8 à 3 km) établies d’après les données acquises par une autre sonde américaine, Mariner 10, dans les années 70. Elle est en revanche sensiblement inférieure à celle prédite par les modèles de l’histoire thermique de la planète (5 à 10 km).

Toutes les planètes sont amenées à se refroidir au fil du temps et du coup à se contracter. Mercure est considérée comme un cas extrême, en raison de son énorme noyau riche en fer de 2020 km de rayon, ce qui laisse seulement 420 km de rayon pour le manteau et la croûte.

mercure cratere

Le diamètre de Mercure, la planète la plus proche du Soleil, n’est que de 4880 km, soit seulement 1000 km de plus que notre Lune.

La nouvelle estimation de la contraction de cette planète des extrêmes est basée sur l’observation des formations géologiques à sa surface. Paul Byrne et ses collègues ont identifié 5.934 crêtes et escarpements attribués à la contraction, d’une longueur comprise entre 9 et 900 kilomètres.

«Fait intéressant, nos conclusions rappellent des modèles aujourd’hui obsolètes invoqués pour expliquer la déformation géologique à grande échelle sur Terre, à l’époque où la communauté scientifique croyait que la Terre avait une seule plaque tectonique», a déclaré Paul Byrne. Ces modèles avaient été développés pour expliquer la formation des montagnes et de l’activité tectonique au 19e siècle, avant la découverte de la théorie de la tectonique des plaques.

Mais contrairement à la Terre, l’enveloppe externe de Mercure est bien formée d’un seul bloc. «C’est un exemple de ce qui peut réellement se passer lorsqu’une planète rétrécit», a souligné William McKinnon (Université de Washington à Saint-Louis) dans un éditorial également publié dans Nature Geoscience.

Les auteurs de l’étude estiment pour leur part que dans le contexte actuel de découverte d’un nombre croissant d’exoplanètes, Mercure pourrait servir de «cas d’école» pour comprendre l’histoire du refroidissement et de la contraction des planètes rocheuses avec une seule plaque tectonique, en général.

Dépourvue d’atmosphère, désert de roches tantôt brûlantes, tantôt glacées, Mercure connaît d’importants écarts de température entre le jour et la nuit (de -210°C à 430°C). Sa surface est criblée de cratères.

Lancée en 2004, la sonde Messenger (MErcury Surface, Space ENvironment, GEochemistry, and Ranging) a survolé Mercure à trois reprises, la photographiant presque totalement. En 2011, elle est devenue le premier vaisseau spatial en orbite autour de cette planète.

[source]

Nous le savions déjà pour la Lune depuis une publication du Cnes de 2010 :

La Lune rétrécit

Sur la face cachée de la Lune, non loin du cratère Gregory, une faille de plus de 3 km de long révèle que notre satellite naturel aurait vu son diamètre rétrécir de près de 200 m au cours du dernier milliard d’années.

Ce rétrécissement serait dû au refroidissement et à la contraction du noyau jadis chaud et liquide de la Lune. Le phénomène provoquerait l’apparition en surface de ces rides, que les géologues appellent escarpements lobés, un peu comme les rides qui apparaissent à la surface des raisins lorsqu’ils sèchent.

retrecissement-lune-lro

Détecté grâce aux observations de la sonde lunaire à haute résolution LRO, ce rétrécissement lunaire pourrait encore se poursuivre de nos jours et être la cause d’une partie des « tremblements de Lune » enregistrés par les sismographes déposés à sa surface lors des missions Apollo.

[source]

mais pour Mercure nous n’avions encore aucune certitude, mais déjà bien des doutes !!!

Publicités

13 commentaires Ajouter un commentaire

  1. loqmanvues dit :

    Tout comme mon niveau de vie, mais je fais plus fort que Mercure: Moi, c’est en quelques mois.

    J'aime

    1. steve legere dit :

      mdr …
      C’est hélas de plus en plus courant aujourd’hui, notre civilisation se « Mercurise » pourra t on dire ! 🙂

      J'aime

  2. évhémère dit :

    Mars devrait rétrécir aussi, dans ces conditions ?!… Je ne me souviens pas d’avoir lu d’article à ce sujet !…

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Non car Mars n’a PLUS d’activité tectonique, mais en a eu une par le passé, donc il y a plusieurs plaques, ainsi en cas de compression (ce qui n’est pas le cas), ce seraient les plaques qui se déplaceraient comme sur Terre pour former des montagnes.

      J'aime

      1. évhémère dit :

        Il me semblait pourtant avoir lu un article de Jean-Pierre Petit expliquant que les plaques de Mars étaient « soudées » , ce qui explique que certains « reliefs » sont délirants par rapport à la Terre : le « canyon » de Valles Marineris n’a pas été creusé par l’eau, mais est le « rift » ( le seul ) de la planète, comme une énorme balafre, les montagnes ne pouvant pas surgir !…. Il n’y a pas de montagne sur Mars, c’est une boule de billard !… Les « reliefs » sont des « bombes » volcaniques ( y compris le « visage » ) lancées par les 3 énormes volcans dont les cônes sont démesurés : le sommet de « Olympus Mons » culmine à 25 kms, à l’extérieur de l’atmosphère !…

        J'aime

  3. Caribou dit :

    Si Mars rétrécit que va devenir Février ? 😄

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Ha ! Ha ! …
      Et on fêtera le 14 juillet …. Mais le 06 juin ! Gare aux confusions !

      J'aime

  4. Caribou dit :

    Si la lune venait à se couper en deux, il se passerait quoi ?
    J’ai besoin de le savoir rapidement, j’ai mon plancher à terminer. 😄

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Si la lune se coupe en deux … Inutile de finir ton plancher, on sera tous morts avant ! 🙂

      J'aime

  5. évhémère dit :

    C’est vite dit : la Lune se trouve au sommet d’un puits gravifique dont le centre de la Terre occuperait le fond !… Pas mal de « morceaux » lunaires nous tomberaient dessus, probablement !… Le système des marées serait modifié !… Mais quel résultat au final ?… Si la Lune est bien un objet  » naturel », conséquence de la condensation d’un anneau dans le premier milliard d’années d’existence de notre planète ( thèse dominante aujourd’hui ), le processus « d’accrétion » recommencera et les deux « hémisphères » essaieront de se recoller d’elles-mêmes !… La Nature sait s’auto-réparer !…

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Houla ..
      C’est surtout « COMMENT » la lune se coupe …
      Si c’est comme un coup de hache cosmique qui la sépare en deux … Ou même par une implosion, la simple onde de choc de cette déchirure (ou explosion) libérerait une énergie considérable, et l’atmosphère de la terre à seulement 300 000 km plus loin pourrait juste, être tout simplement soufflée, ou soumise à un souffle brulant venu du ciel !!!!
      Et dans les minutes qui suivraient, la terre serait bombardée par des millions de petits bouts (de plusieurs dizaines ou centaines de km pour certains) tandis que des centaines de millions d’autres seraient dispersés pour une partie de billard cosmique qui ne s’achèvera jamais.

      Pour reprendre ton idée de la cheminée, je dirais que dans tous les cas, la lune (ou une partie) tomberait au fond de l’âtre de la cheminée.

      PS : Pour les plaques tectoniques de Mars, les sondes MRO et MARS SURVEYOR ont démontré début 2012 qu’il y a bien deux plaques tectoniques distinctes sur la planète rouge, et que justement, Valles Marineris serait issu d’un fossé d’effondrement (graben) entre ce deux plaques tectoniques, séparées par des failles. Telle est la conclusion à laquelle aboutit An Yin, professeur en sciences de la Terre et de l’espace à l’Université de Californie (UCLA) dont on peut retrouver la découverte en anglais. Quand aux montagnes en effet il n’y en a pas, mais c’est uniquement parce que sa tectonique à cessée très tôt, et c’est ce qui a également tué Mars, refroidissement du coeur, puis de la surface, puis perte de l’atmosphère car le moteur s’éteint …
      Sur Mercure, il n’y a pas de plaques, il y a juste une sorte de grosse croute épaisse de 400 km, qui ne peut que se ratatiner, aucune force rocheuse, aucune masse solide, ça ne peut faire qu’une ride ou un bourrelet ! 🙂

      J'aime

      1. évhémère dit :

        C’est à peu près : si on reprend l’image de la tronçonneuse, les forces qui s’appliquent son le disque de découpe ( entraîné par un moteur ) et le bras de la personne qui tient l’outil !… Il y aura certainement une pluie de météorites ( de plus ou moins grande taille, mais le reste ne bougera pas de l’orbite et les forces de rotation ( centrifuge et centripète ) s’efforceront ensuite de reconstituer la masse initiale !…
        Quant au « fossé d’effondrement », il s’est figé dans « l’éternité » au lieu de remodeler le terrain, comme ce qui se passe sur « le territoire des Afars et des Issas », d’où sortent les roches les plus jeunes de la Terre !… Et indiscutablement, la « dynamo » de Mars a calé, sans doute au moment où l’eau liquide se déplaçait sur la surface !…

        J'aime

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s