25 000 ans d’astronomie

« Un article de Steve Légère »

L’aube du ciel.

L’univers est un lieu infini qui, malgré notre apparente connaissance astronomique recèle encore bien plus de secrets qu’il n’en livre. Depuis la nuit des temps l’homme n’a de cesse d’observer le ciel nocturne, de l’interpréter et de lui attribuer des pouvoirs divins. Foyer des dieux, cape céleste énigmatique pailletée de poussières d’or, ces étoiles définies comme des personnages mythiques nous comptant l’histoire des hommes, de ses craintes, de ses terres et de ses espoirs attisent fantasmes et questions fondamentales.

Depuis les gravures les plus anciennes vieilles de milliers d’années, l’humain se demande ce qui se tapit dans l’ombre de la nuit, que sont ces astres ? d’ou viennent-ils ? Peu à peu au fil des millénaires, une logique s’installe et prend place comme il y a 5 000 ans à stonehenge :

EH--Stonhenge--0174-2013
STONEHENGE

Ou encore dans le Sahara égyptien qui recèle les vestiges d’un site néolithique qui apporte des éléments nouveaux à l’histoire de l’astronomie tant égyptienne que mondiale. Situé à Nabta Playa, c’est durant plusieurs millénaires qu’une population sédentaire s’y développa, élevant de nombreux monuments tels que tumuli, statues et champs mégalithiques.

Cercle astronomique de Nabta Playa (- 6000 ans)
Cercle astronomique de Nabta Playa (- 6000 ans)

Et contemporaines du site de Nabta Playa, c’est en France que l’on retrouve de nombreuses allusion aux étoiles, dans la Valée des Merveilles, dont vous trouverez ici un itinéraire passionnant,  avec des dizaines de milliers de gravures vieilles de 5 à 6 000 ans :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Aussi vieilles soient ces constructions, l’histoire de l’astronomie débuta pourtant bien avant cela, en témoigne la Vénus de Laussel sculptée il y a plus de 25 000 ans,  découverte à Laussel en Dordogne :

Vénus de Laussel, Dordogne, 23 000 ans avant jésus Christ (paléolithique)
Vénus de Laussel, Dordogne, 23 000 ans avant jésus Christ (paléolithique)

Les hommes gravaient des allusions à l’espace, calendriers solaires ou lunaires, ils avaient déjà compris que si les astres se déplaçaient jour après jour, ils revenaient année après année dans des cycles liés aux saisons. Plus surprenant encore, une étude le la paléo-astronome Chantal Jègues-Wolkiewiez suggère que certaines des peintures vieilles de 17 000 ans, aux représentations animales des grottes de Lascaux (en Dordogne ici encore) seraient en fait l’interprétation des constellations, autrement dit un catalogue astronomique bien avant l’invention du mot !

Lascaux, le ciel des hommes partie I :

Lascaux le ciel des hommes partie II :


Alors, la Dordogne, la France serait-elle le berceau de l’astronomie cataloguée ?

Les siècles des lumières :

La lunette de Galilée 1609
La lunette de Galilée 1609

Les siècles se succèdent, la longue vue devient la lunette de Galillée qui transforme considérablement l’observation du ciel, s’ensuivent en moins de 3 siècles des révélations plus importantes que les 30 000 années qui ont précédées.

Les télescopes, des observatoires astronomiques modernes et les télescopes spatiaux une bonne quinzaine ont déjà été envoyés dans l’espace pour voir toujours plus loin, toujours plus haut, toujours plus clair. Ainsi et en vrac Hubble, Swift ou Hershell, spitzer ou Planck dans des modes d’observation variés (visible, infrarouge, ultraviolet ou rayon X, radio). Mais s’il est bon de voir notre système solaire, d’apercevoir la voie Lactée ou de percevoir l’univers, l’entendre à grande échelle permet de traverser l’inconnu de la matière noire et d’envisager la possibilité de capter les sons venus de l’espace et par extension, d’entendre d’éventuels messages audios que d’autres êtres auraient pu diffuser dans l’éternité spatiale à l’attention d’oreilles aiguisées.

C’est ainsi que fut conçu le plus grand télescope terrestre spécialisé dans les ondes radio, celui d’ARECIBO, construit en 1960, de 300 mètres de diamètre. Mais celui qui permit en 1977 la découverte du signal « Wow », qui inspira bien des films de science-fiction n’est pas celui-là contrairement à une idée répandue, en fait il s’agit du petit radiotélescope de l’université de l’Ohio, Big ear qui depuis 1998 a été démantelé pour laisser la place à un terrain … De golf !

Aujourd’hui, la Chine vise plus haut encore avec son nouveau radiotélescope de 500 mètres de diamètres (près du double d’Arecibo), dont la fin de construction est prévue pour septembre 2016 :

c’est un article du Monde qui me l’a annoncé :

Juillet 2015, le plus grand radiotélescope du monde Fast sera terminé en septembre 2016
Juillet 2015, le plus grand radiotélescope du monde Fast sera terminé en septembre 2016

« … C’est une structure circulaire impressionnante, en construction depuis 2011 dans les montagnes de la province du Guizhou, et dont les premières images ont été récemment rendues publiques par le gouvernement chinois. Il s’agit du Five-hundred-metre Aperture Spherical Telescope (FAST), le plus grand radiotélescope de la planète avec son diamètre de 500 mètres. Grâce à sa taille et à la précision des 4 450 panneaux triangulaires qui le constituent, le FAST pourra capter les ondes radioélectriques émises de l’espace, même les plus faibles qui ne pouvaient être détectées jusqu’à maintenant.

En fait, il s’agit de vie extraterrestre

Les responsables du projet interrogés par les médias d’Etat chinois sont très directs lorsqu’il s’agit d’expliquer son but. Certes, il s’inscrit dans le cadre du programme spatial national : après avoir envoyé un homme dans l’espace en 2003, puis une sonde sur la Lune, la Chine travaille sur une station spatiale de 60 tonnes.

Mais en fait, il s’agit avant tout de vie extraterrestre.

« Il va nous aider à chercher la vie au-delà de notre galaxie et à explorer les origines de l’univers », dit Wu Xiangping, directeur de la Société d’astronomie chinoise. « FAST pourra répondre à des questions non seulement sur l’astronomie, mais aussi sur l’humanité et la nature », ajoute Li Di, de l’Observatoire astronomique national, Académies des sciences chinoises, avec, on l’imagine, des étoiles plein les yeux… »

Bientôt « E.T, maison, téléphone » sera une possible réalité, préparez-vous à faire des rencontre du troisième type, par textos, mais surveillez les tarifs, car depuis l’étranger ça coûte déjà cher, alors échanger depuis une autre étoile, la facture risque d’être un trou noir monétaire.

 

Publicités

3 commentaires Ajouter un commentaire

  1. marc bourbon dit :

    Que de découvertes et d’avancées dans la connaissance de notre univers et même bien au delà, je serais curieux de savoir ce que l’on saura dans 25000 ans de plus…

    Aimé par 1 personne

    1. Steve dit :

      C’est vrai Marc, simplement dans 100 ans déjà, ça évolue si vite, trop vite peut-être …

      J'aime

      1. marc bourbon dit :

        oui mais c’est un autre sujet, vaste débat en perspective…

        Aimé par 1 personne

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s