Coatlicue, la mère du Soleil

le

Coatlicue, ce fantôme qui est la mère du Soleil

[Un article de Steve Légère]

Notre soleil, centre de nos vies planétaires s’il en est d’autres, régent solitaire et puissant n’est pas un phoenix. Non, il n’est pas né tout seul, et encore moins en fils unique.
Si depuis près de 4,6 milliards d’années il règne en maitre absolu sur le système planétaire qui gravite autour de lui, son enfance chaotique et infernale fût somme toutes un jardin ou fourmillait autour de lui des centaines de frères et de soeurs.
Et qui dit frères et soeur dit aussi au moins une mère. Et oui, le soleil a eut une mère, un soleil primordiale qui s’est éteint en donnant naissance à cette fratrie nombreuse dont il ne nous reste plus que lui pour témoin direct.
C'est dans une nébuleuse comme RCW120 qu'est née Coatlicue, la mère du soleil

Pour se figurer sa naissance, il faut aller plus loin dans le temps. Avant cette explosion gigantesque qui donna naissance à notre astre et à son disque de formation qui soufflera au loin les éléments fondamentaux des planètes que nous connaissons, et celles que nous n’aurons jamais connu. Propulsant loin, des gaz en gravitation autour d’éléments lourds qui formeront les géantes gazeuses, et plus proche de lui, des éléments plus massifs qui donneront naissance aux planètes telluriques, dont la Terre.

3 générations d’étoiles pour que naisse le soleil

Avant notre étoile, il y avait d’autres étoiles, et avant elles, encore une génération d’astre massifs, une famille pour le moins explosive, remontons donc le temps jusqu’à la grand-mère de notre soleil.

La naissance de Coatlicue puis de son engeance, le soleil
La naissance de Coatlicue puis de son engeance, le soleil

Il y a 10 milliards d’années, un nuage moléculaire composé essentiellement d’hydrogène et d’hélium flottant dans notre Voie Lactée, se promène calmement et silencieusement dans la banlieue de notre galaxie, au bout de l’un de ses bras. En son sein, des étoiles massives à courte durée de vie évoluent, se dilatent et se contractent explosent et enrichissent le nuage en éléments lourds et en isotopes radioactifs.
Chaque étoile qui explose alourdit ce nuage, qui commence à peser sur son propre poids, au point qu’une explosion supplémentaire le force à se disloquer. La grand mère du Soleil vient de donner naissance au nuage proto-solaire, hébergeant à ce moment-là plusieurs étoiles, dont Coatlicue, la mère du soleil d’une masse 12 fois supérieure à son fils.

RCW-120, le sosie de notre nuage pré-solaire
Après une vie assez courte (à l’échelle cosmologiste), Coatlicue s’est à son tour effondrée sous son poids dans une supernova extraordinairement puissante et visible à des dizaines d’années-lumières à la ronde, la panse pleine de soleil qui se sont dispersés dans ce nuage déchiqueté, comme les bébés araignées du ventre explosé de leur mère, semant tous azimuts des gaz, des métaux et des isotopes. C’était il y a 4,6 milliards d’années.
Notre soleil s’est soudainement retrouvé seul, une boule de gaz en fusion enveloppée de gaz chauffé, s’aplatissant peu à peu par gravité et dispersant dans un disque les éléments épars. Ordonnant sans le savoir, par pure physique l’ordre des planètes dont plusieurs ne sont plus, entrées en collision avec d’autres planètes du système dans sa prime jeunesse comme le fut par exemple Théia, de la taille de Mars mais trop proche de la Terre pour s’y partager l’espace. De leur rencontre qui faillit bien détruire complètement notre belle planète naitra la Lune, fille de la Terre et de Théia.

Comment le sait-on ?

Le beryllium 10 (isotope radioactif éteint) contenu dans les météorites indiquent que la masse de Coatlicue devait être de 11,8 fois celle du soleil.
Hormis des modélisations théoriques, une preuve physique nous vient d’une météorite la célèbre météorite Allende âgée de 4,568 milliards d’années. Tombée en 1969 et pesant deux tonnes, faisant d’elle la plus grosse chondrite jamais trouvée,  et qui héberge des isotopes de radioactivité éteinte bien protégés dans son épaisseur.
Autrement dit, ces isotopes étaient déjà morts depuis des milliards d’années lorsque notre système-solaire s’est formé et les a assimilé à ses nouvelles formations de roches.
Ils sont deux fois plus vieux que le soleil, ils remontent à la naissance probable de la mère du soleil, Coatlicue.

météorites d'Allende (chondrite) à gauche et Canyon Diablo (octaèdre ferreuse) à droite
météorites d’Allende (chondrite) à gauche et Canyon Diablo (octaèdre ferreuse) à droite

Quand à l’âge du Système-solaire, c’est une autre météorite qui nous l’indique, celle de Canyon Diablo qui créa le cratère Météor Crater en Arizona. Une octaèdrite ferreuse tombes il y a près de 50 000 ans dont l’âge est estimé à 4,6 milliards d’années, soit formée en même temps que le soleil, et donc, dans le disque protosolaire ou sont nées les planètes que nous connaissons.

Ou sont passés les frères et soeurs du soleil ?

Délicate question dont la réponse aujourd’hui n’est pas définie. Le jnuage originel s’est dissipé en quelques 100 millions d’années. Sachant que notre soleil fait un tour de la galaxie en un peu plus de deux cent cinquante mille ans, ce nuage primordiale devait être quelque part sur son parcours, mais n’importe ou sur cette orbite.
Pour ne pas vous laisser un sentiment de frustration pour notre pauvre soleil, citons Alpha du Centaure qui est la plus proche étoile du soleil, avec un âge similaire.
Dans un rayon de 12,5 années-lumières de notre étoile, 33 étoiles ont élues domicile. Sont-elles le reste de sa famille ? De simple cousines nées d’une soeur de Coatlicue ?
Une étude plus approfondie sur leur âge et leur position, composition pourrait nous le confirmer.
En attendant, rêvons à une famille nombreuse autour de notre source de vie …

33 étoiles à à moins de 12,5 années lumière du soleil
33 étoiles à à moins de 12,5 années lumière du soleil

Pour aller plus loin :
Canyon diablo, les plus beaux spécimens :
Des fragments sont répartis dans les collections des muséums du monde entier :

Vous souhaitez en parler ? Laissez votre commentaire, et n’hésitez pas à partager notre article et à vous abonner au blog, ou à notre page Facebook.

Steve Légère.

Publicités

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s