De vastes océans sous nos pieds

De vastes océans sous nos pieds révélés par un diamant

[un article de Steve Légère]

Comme Jules Verne l’avait imaginé, le manteau terrestre recèlerait, entre 410 et 660 km sous nos pieds, d’importantes quantités d’eau, révèle l’analyse d’un petit diamant venu des profondeurs de la Terre, publiée mercredi dans Nature.

la terre
la terre

« Cette zone particulière de la Terre, la zone de transition, pourrait renfermer autant d’eau que tous les océans réunis », a déclaré l’auteur principal de l’étude, Graham Pearson, de l’Université d’Alberta (Canada). « Une des raisons pour laquelle la Terre est une planète aussi dynamique est la présence d’eau à l’intérieur », explique-t-il.

C’est une inclusion microscopique de ringwoodite, un minéral très spécial, qui a permis à son équipe de confirmer ce que des études expérimentales tendaient à montrer : le manteau terrestre comporte une « zone de transition hydrique ». L’analyse du minéral a permis de déterminer qu’il contient une quantité d’eau significative, de l’ordre de 1,5% de son poids.

Le manteau se situe sous la croûte terrestre, jusqu’au noyau de la Terre, à une profondeur de 2.900 kilomètres. Entre les deux grandes parties du manteau -le manteau supérieur et le manteau inférieur-, se trouve une zone dite de « transition », entre 410 km et 660 km de profondeur.

Cette variété de l’olivine a déjà été retrouvé dans des météorites, mais jamais en provenance de la Terre elle-même, car à une profondeur inaccessible. « Jusqu’à aujourd’hui, personne n’avait jamais vu de la ringwoodite du manteau de la Terre, même si les géologues étaient persuadés de son existence », souligne Hans Keppler, de l’Université de Bayreuth (Allemagne), dans un éditorial également publié par la revue Nature.

eau douce souterraine
eau douce souterraine

Le principal minéral du manteau supérieur est l’olivine. Lorsque la profondeur, et donc la pression, augmentent, l’olivine se transforme, change d’état en quelque sorte. Entre 410 et 520 km, elle devient wadsleyite, puis entre 520 et 660 km ringwoodite, un minéral qui contient de l’eau.

La ringwoodite a été découverte par l’équipe de Graham Pearson presque par hasard, en 2009, alors que les chercheurs examinaient un diamant sans valeur commerciale, de quelques millimètres, en provenance du Brésil. L’échantillon a été soumis à des analyses pendant plusieurs années avant d’être officiellement confirmé comme de la ringwoodite. Le diamant est arrivé jusqu’à la surface de la Terre inclus dans une roche volcanique.

En 1864, l’écrivain français Jules Verne, dans son roman « Voyage au centre de la Terre », avait imaginé un océan dans les entrailles de notre planète… C’était peut-être assez bien vu, même si l’équipe de Graham Pearson ne parle pas d’eau sous forme liquide, mais contenue dans un minéral bien particulier. Il reste cependant à déterminer, comme le souligne Hans Keppler, si l’échantillon de ringwoodite analysé est représentatif de l’ensemble de la zone de transition du manteau terrestre. Source de cet article

35 millions de Km3 d’eau sous terre

Par ailleurs, ce que nous savons déjà sur les quantité d’eau douce existent sous l’océan, environs 500 000 km2. L’eau est une ressource qui se raréfie et que l’on gaspille pourtant, ou que l’on gère mal. L’eau représente environ 3 milliards de milliards de tonnes, soit un demi-millième de la masse terrestre seulement… Sur cette quantité d’eau, seuls 3% sont de l’eau douce, ce qui équivaut à 35 millions de km3. Près de 70 % de cette eau douce se trouvent sous forme de glace et 30 % sous terre. Autant dire qu’une grande partie de l’eau n’est pas directement utilisable par l’humanité.

Les énormes réservoirs d’eau douce se présentent comme des sortes de poches sous le plancher océanique. Celles-ci se sont formées il y a des centaines de milliers d’années, à l’époque où le niveau de la mer était bien plus bas. La plus grosse partie de l’eau présente sur terre se trouvait alors sous forme de glaciers.

Durant cette ère glaciaire, l’eau de pluie retombée sur terre ruisselait et s’infiltrait dans les sols, que d’épaisses couches de sédiments et d’argile sont venues recouvrir. Il y a 20 000 ans, lorsque le niveau des mers est monté, ces poches d’eau douce sont restées comme piégées à l’intérieur. Si la présence de poches d’eau sous les mers était déjà connue de la communauté scientifique, on ne s’attendait pas à ce qu’elles s’y trouvent en quantité si importante.

D’après Vincent Post, l’hydrologue et auteur principal de l’étude, leur contenu est 100 fois supérieur à la totalité d’eau extraite sous terre depuis 1900.

ocean-satelliteLes réserves d’eau récemment découvertes au large de l’Australie, de la Chine, de l’Amérique du Nord et de l’Afrique du Sud ne sont pas tout à fait des réserves d’eau douce à proprement parler.

Il s’agit en réalité d’eau saumâtre mais qui présente un taux de salinité extrêmement bas. Cette eau ne nécessiterait donc pas d’être soumise aux méthodes de dessalement habituelles, comme la distillation ou l’osmose inverse, qui sont très coûteuses.

Mais bien entendu, la présence de cette eau exploitable en quantité ne signifie pas qu’elle est inépuisable. Ces réservoirs d’eau, si immenses soient-ils ne sont pas infinis. Ils nous rappellent à quel point l’eau est une ressource précieuse qu’il nous faut protéger.

L_eau-c_est-la-vie_l_eau-potable-contaminee
L’eau c’est la vie. L’eau potable contaminee

Quelques chiffres

A propos de l’eau sur terre, il faut comprendre son gaspillage et son utilisation, en voici quelques chiffre que vous pouvez retrouver en temps réel (actualisation permanente), sur le site Planetoscope :

Chaque seconde, ce sont 2536 litres d’eau ou 2,5 m3 d’eau que perd le glacier Pine Island, un des principaux glaciers de la calotte glacière de l’ouest antarctique,soit 80 km3 d’eau perdus par an. Une quantité énorme !

L’eau utilisée chaque année dans le monde pour faire des teintures textiles représente de quoi remplir 1,6 millions de piscines olympiques, soit plus de 126 000 litres d’eau chaque seconde ou 4 000 milliards de litres d’eau par an.

La Chine est un des plus grands consommateurs mondiaux de ressources naturelles renouvelables ou pas, et au premier chef de l’eau, soit 38 millions de litres par seconde (compteur) ou 1307 milliards de m3 par an.Par habitant, la consommation chinoise d’eau est de 2 842 m3 annuels, contre 1 089 m3

Chaque année, du fait du réchauffement climatique, les glaciers de montagne fondent en moyenne de 275 milliards de tonnes, cela représente l’équivalent d’une fonte de 8,7 millions de litres d’eau chaque seconde (compteur) soit la contenance de 2,3 piscines olympiques)

L’eau se recycle en permanence: chaque année 502 800 km3 d’eau s’évaporent des océans dans l’atmosphère. Cela représente une évaporation de plus de près de 16 milliards de litres d’eau évaporée chaque seconde. En moyenne, l’eau passe une semaine dans la biosphère et l’atmosphère, 10 ans dans un lac, 1000 ans dans les calottes glacières et plusieurs dizaines de milliers d’années dans les nappes souterraines profondes, les aquifères.

2 milliards de litres d’eaux usées, utilisées par l’humanité, sont rejetées chaque jour dans les rivières et les mers, soit plus de 23 000 litres chaque seconde. Sur an, ce sont 730 milliards de litres d’eaux usées qui sont rejetés dans la nature à cause de fuites, de manque de stations d’épuration,etc. Une quantité bien supérieure à l’évaporation naturelle des océans dans l’atmosphère (1 milliards de litres / jour)

Il faut 730 000 litres d’eau chaque année pour alimenter un habitant de la planète, soit 2000 litres par jour. Les plus gros consommateurs d’eau par habitant sont les Américains avec près de 2,5 millions de litre d’eau par personne !

————————

Cet article vous interpelle ? Laissez un commentaire ci-dessous

retrouvez-nous également sur notre page Facebook.

 

Publicités

2 commentaires Ajouter un commentaire

  1. évhémère dit :

    Il « interpelle » certes, notamment sur un point : le fait que chaque personne aurait besoin de 2000 litres d’eau !… Je ne comprends pas le processus, car normalement, des millions de gens qui n’ont même pas accès à une eau potable devraient périr chaque jour !…

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Je pense que ce n’est pas un besoin vital, mais un besoin sanitaire.
      L’étude doit tenir compte de l’eau utilisée pour boire (2l.par personne et par jour, puis des dizaines pour se laver, pour la cuisson de ses aliments, l’eau nécessaire pour les conserves, le surgelé, l’arrosage du jardin, pour laver sa voiture, pour le lave-linge, le lave-vaisselle, la petite vaisselle dans l’évier, l’eau du radiateur etc …)
      Le minimum vital étant plutôt d’environs autour de 800 litres d’eau par jour et par personne.
      Ensuite les organismes sont différents, je pense que génétiquement, un africain qui est né et a toujours vécu en Afrique vivra sans difficulté avec à peine un litre à boire, quand un européen sera au bord de la déshydratation même avec deux litres dans la savane .

      J'aime

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s