Spitzer, ce que nos yeux ne voient pas

Bonjour à tous, avant de partir en vacances et de vous retrouver en septembre pour une nouvelle saison d’articles qui je l’espère continueront à vous surprendre ou vous apporter des astuces ou des informations, je vous propose de (re)découvrir un satellite plus tout jeune mais qui produit encore des miracles ; Spitzer.

D’ordinaire inaccessible à nos yeux et à la plupart des instruments dans le domaine du visible, Spitzer est un télescope spatial conçu pour prendre des images dans l’infrarouge, et permet de recombiner des visuels jusqu’ici, inaccessibles.  D’origine, ce projet remonte à 1984, il ne fut lancé finalement dans l’espace que presque 20 ans plus tard, en aout 2003 et aura couté près de 700 millions de dollars.

Spitzer télescope -crédits NASA

Spitzer télescope -crédits NASA

Aujourd’hui 4359 jours plus tard et presque 208 000 000 Km, Spitzer continue de nous donner des images et des informations capitales sur l’espace lointain et presque insondable.

En mai 2015

 

55 cancri -Spitzer

55 cancri -Spitzer

les chercheurs ont observé les émissions thermiques provenant de la planète, appelée 55 Cancri e qui orbite autour d’une étoile semblable au Soleil située à 40 années-lumière dans la constellation du cancer et pour la première fois ont trouvés une évolution rapide des conditions, avec des températures sur chaudes côté jour de la planète oscillant entre 1000 et 2700 degrés Celsius.

Bien que les interprétations des nouvelles données sont encore préliminaires, les chercheurs croient que la variabilité de la température pourrait être due à d’énormes panaches de gaz et de poussière qui recouvrent parfois la surface, qui peuvent être partiellement fondu. Les panaches pourraient être causés par des taux exceptionnellement élevés d’activité volcanique, plus élevé que ce qui a été observé sur Io, une des lunes Jupiters et le corps plus géologiquement active dans le système solaire. [lire l’article intégral de l’université de Cambridge]

30 juillet 2015

HD 219134b

Exoplanète HD 219134b

la découverte a fait grand bruit sans que les lecteurs ne sachent vraiment qui a fait cette découverte, mais c’est en utilisant le télescope spatial Spitzer de la NASA, que les astronomes ont confirmé la découverte de la planète rocheuse la plus proche en dehors de notre système solaire, plus grande que la Terre et une mine d’or potentielle de données scientifiques.

Surnommé HD 219134b, cette exoplanète, qui orbite trop proche de son étoile pour maintenir la vie, est à seulement 21 années-lumière. Alors que la planète elle-même ne peut pas être vu directement, même par les télescopes, l’étoile qu’elle satellise est visible à l’œil nu dans le ciel sombre dans la constellation de Cassiopée, près de l’étoile du Nord.

This artist's rendition shows one possible appearance for the planet HD 219134b, the nearest rocky exoplanet found to date outside our solar system. The planet is 1.6 times the size of Earth, and whips around its star in just three days. Scientists predict that the scorching-hot planet -- known to be rocky through measurements of its mass and size -- would have a rocky, partially molten surface with geological activity, including possibly volcanoes.

This artist’s rendition shows one possible appearance for the planet HD 219134b, the nearest rocky exoplanet found to date outside our solar system. The planet is 1.6 times the size of Earth, and whips around its star in just three days. Scientists predict that the scorching-hot planet — known to be rocky through measurements of its mass and size — would have a rocky, partially molten surface with geological activity, including possibly volcanoes.

HD 219134b est également l’exoplanète proche de la Terre pour être détecté en transit, ou traverser devant, son étoile et, par conséquent, parfait pour des recherches approfondies.

Rien que pour vos yeux :

6 années et 400 000 photographies ont été nécessaire à Spitzer pour offrir cette recombinaison de l’espace lointain. Un voyage extraordinaire sans retouche, juste le montage successif de ces centaines de milliers d’images dont Spitzer à su tirer profit, son spectre ayant ignorer les nuages de gaz et de poussières qui d’ordinaire empêche de voir aussi loin …

En vous souhaitant à tous et à toutes un très bon été …

Site officiel de Spitzer (Nasa)