la météorite de Battle Mountain

-La dernière météorite retrouvée 05 septembre 2012 –

(Histoire complète, je vous ai réuni l’histoire, les photos et même deux vidéos ce qui est rare, l’une provient de l’équipe…) ):

Peter Willis et son équipe de chercheurs du Laboratoire Jet Propulsion de la NASA à Pasadena, en Californie, ont eu un problème.
En fait, un peu comme s’ils avaient une solution qui avait besoin d’un problème… Confus? Oui, un peu, mais laissons Peter donner un sens à sa formule …

«Mon équipe et moi sommes venus avec un nouveau laboratoire sur une puce», a déclaré M. Willis, un scientifique au laboratoire JPL Microdevices.

(si vous souhaitez plus d’informations sur cette technologie) : http://scienceandtechnology.jpl.nasa.gov/newsandevents/newsdetails/?NewsID=1576
« Il miniaturise un instrument automatisé de traitement et d’analyse d’échantillons célestes, cet appareil pourraient être mis à bord de futurs engins spatiaux et envoyé vers des planètes lointaines, des lunes ou des astéroïdes. 
L’un des défis que nous avons est de trouver de nouveaux échantillons intéressants afin d’essayer notre nouvelle puce. »L’équipe avait déjà fait des expéditions en quête d’échantillons uniques. Parmi leurs précédentes, ils avaient traqué des fossiles de trilobites dans un champ de lave à Amboy, en Californie, et avaient recueillis des échantillons à partir d’une source hydrothermale près du Parc National de Yosemite . Mais Willis et son équipe savait que pour des essais destinés à quelque chose d’un autre monde, il est bon de l’essayer sur quelque chose qui justement n’est pas de ce monde. Il leur fallait un signe du ciel, et le ciel à parlé:
Dans la soirée du 21 août 2012, une grosse boule de feu qui a transformé la nuit en jour a été signalé sur une chaîne de montagnes à mi-chemin entre Reno et Salt Lake City. Par convention, la météorite a été nommé d’après la ville la plus proche ou proéminent caractéristique géographique.On peut le voir passer à 1’18 » sur cette vidéo
amateur d’un amoureux de la nature
près de Lost Lake:
«Nous avons d’abord entendu parler de la météorite Battle Mountain dans la matinée du mercredi 5 septembre », a déclaré Willis. «Nous étions sur la route de Nevada dès lendemain après-midi. » Les météorites sont les restes d’astéroïdes et de comètes qui sont tombées sur la Terre. Le problème avec ces visiteurs célestes, c’est que plus ils résident sur Terre, plus ils sont exposés aux effets corrosifs des éléments terrestres. L’équipe a été chargée de rechercher des marqueurs chimiques et des acides aminés qui ont pris naissance dans l’espace, et ne sont pas fabriqués naturellement sur Terre. Pour donner à leur nouvel instrument un test grandeur nature, l’équipe de Willis avait besoin d’une pièce fraîche tout droit sortie des forges célestes.Après une nuit dans un motel local, Willis, Stockton Amanda, Josh Schoolcraft, Fernanda Mora et Morgan câbles en sac, équipement de randonnée emballé et tout un tas d’eau dans leur véhicule US partent pour Battle Mountain, Nevada avec en tant que chef de l’expédition, JP Kirby, un scientifique senior de la Planetary Science Institute à Tucson, en Arizona (c’est lui que l’on voit sur la petite vidéo en train de photographier le premier morceau), est à la tête de cette prospection en raison des observations de météores qu’il a déjà maintes fois eu le loisir d’étudier, ces méteors se produisent généralement lorsque la roche de l’espace se précipite à travers les dizaines de km d’atmosphère, à des centaines de milliers de pieds au-dessus du sol. 
Sur tous le parcours d’un méteor dans le ciel, bref et inatendu, il ya beaucoup de place pour l’erreur dans le tracé éventuels du (des) points d’impact de météorite. Pour calculer, les plus aguerris peuvent deviner l’endroit approximatif où la météorite pourrait être trouvée, Kirby a travaillé avec Mark Fries, également de la Planetary Science Institute, et directeur scientifique de Galactic Analytics, LLC, San Diego, pour planifier leur expédition.« Vous avez lu des histoires où les gens prennent leur chien pour une promenade ou faire autre chose de tout aussi inoffensifs et ils tombent sur une météorite », a déclaré Kirby. « Parfois, la chance aveugle joue un rôle dans la météorite trouvée, mais nous étions sur un calendrier serré, et la zone de Battle Mountain est vaste, vallonnée et perfide. »Travailler avec des données radar météorologiques ainsi que des témoignages de ceux qui ont assisté à la boule de feu, est essentiel, Fries a généré une zone d’impact pour que l’équipe puisse concentrer ses recherche. Kirby aura l’utilisation d’une tablette, sur laquelle il a combiné des carte du « Fries ‘ellipse » (courbe supposée et théorique) de chute avec des cartes topographiques de la région de Battle Mountain.

«Le premier jour, nous avons porté sur 6 miles [10 kilomètres] de terrain montagneux à pied, mais n’avons rien trouvé sinon des roches terrestres et des lézard», a déclaré Willis. « Le lendemain allait être notre dernière chance, nous avions prévu de conduire beaucoup plus loin que la zone d’impact prévue. Le problème, c’est que la voie la plus négociable finie par nous emmèner à travers une mine active. Nous avons vite découvert que les mineurs sont pas beaucoup intéressés par les roches de l’espace. « 

Partout dans Battle Mountain, le pays mine d’or, les visiteurs de tout acabit i sont généralement découragés rapidement par les efforts à fournir pour s’y aventurer.

La nouvelle route fait pleinement usage des capacité 4X4. L’équipe négocie les routes étroites, en pentes, non pavées, sablée ou inondées, en lacets avant d’arriver près du centre de la zone d’impact prévue. Au moment où ils se sont garés, il était déjà presque 15h00. Pour les trois prochaines heures, l’équipe se déploya dans des directions différentes, mais les groupes n’ont rien trouvé de concluant. Il commençait à être temps de conclure car le jour allait baisser. L’équipe ne voulait pas avoir à négocier les virages dangereux non pavés à la nuit tombée.

À 16h30, Josh Schoolcraft venait de commencer la dernière étape de sa recherche …

quand il l’a vue.
Assis sur la montagne, au milieu d’un enchevêtrement de terre blanchie par le soleil et des cailloux et de maquis, était un rocher noir de jais.«J’ai su immédiatement que c’était ce que nous recherchions», a déclaré Schoolcraft. «C’était un carbonisé, la masse noire inaltéré, contrairement à tout ce que nous avions vu dans nos deux jours de recherche. Il n’était manifestement pas là depuis très longtemps. »Schoolcraft alerta l’équipe et bientôt tout le monde était rassemblé, autour de leur morceau de ciel de 3-pouces de large (8 centimètres) .«Au départ, tout le monde était vraiment exité », a déclaré Willis. « Ensuite, nous nous sommes mis au travail et avons pris des photos avant de recueillir la météorite de manière stérile. » (vidéo issue de leur recherches in-situ):
Sur le chemin du retour vers le véhicule, Willis a entendu des cris et pensait que son équipe avait trouvé une autre météorite.
« Mais c’était juste un serpent à sonnettes irrité», a déclaré Willis. 
Il rentra dans son trou et nous sommes rentrés dans le nôtre, à la maison, avec un morceau frais de l’espace scellé dans un sac de prélèvement. »Un fragment de 1,4 livre (630 grammes) de la météorite Battle Mountain est actuellement en cours d’analyse par le laboratoire-sur-une-puce de l’équipe du JPL systèmes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Si vous souhaitez voir les image en pleine résolution, cliquez ci dessous!

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s