Le survol de Pluton

Un article de Steve Légère

L’info :

Dans la conquête spatiale, il est des grands moments historiques et attendus, le 14 juillet est de ceux-là.

New Horizon derniers préparatifs (Source image NASA)

New Horizon derniers préparatifs (Source image NASA)

La sonde New Horizon lancée le 19 janvier 2006 va après 9 ans et demi et près de 5 milliards de Km parcourus dans l’espace survoler enfin Pluton (alors encore considéré comme la 9éme  planète de notre système solaire jusqu’au 24 aout 2006) située à 7 300 millions de km de distance de nous à son aphélie.

Pluton Vue d'artiste depuis le sol de pluton, avec au loin, le soleil et en premier plan, son plus gros satellite

Pluton Vue d’artiste depuis le sol de pluton, avec au loin, le soleil et en premier plan, son plus gros satellite « Charon »

Ce planétoïde 4 fois et demi plus petit que la Terre et 500 fois moins lourde, d’un diamètre de 2390 km (plus petit aussi que la Lune dont le diamètre est de 3 474 km) reste malgré son déclassement un centre d’intérêt majeur pour la NASA car en tout premier lieu, aucune sonde n’a survolée ses reliefs, et les images les plus précises (en dehors de celles de notre sonde) nous viennent de l’illustre Hubble mais ne sont pas assez précises.

La mission :

New Horizon est sortie de son hibernation à la mi-septembre 2014 pour se préparer doucement à cette rencontre phénoménale, elle est depuis la mi-mai 2015 en mode d’observation/prévention afin de repérer et déjouer les obstacles éventuels qu’elle pourrait rencontrer (poussières, anneaux …) sur sa trajectoire optimisée.

living colors (Pluton et charon) NASA

living colors (Pluton et charon) NASA

Pluton image du 02 juillet 2015 par New Horizon (crédit photo NASA)

Pluton image du 02 juillet 2015 par New Horizon (crédit photo NASA)

à près de 50 000 Km/h (à cette vitesse il ne lui faudrait qu’à peine 6 heures pour rejoindre la Lune depuis la Terre), notre voyageuse fonce vers Pluton et ses 5 lunes, ou elle n’est plus qu’à « seulement » 15 millions de km de Pluton (voir photos ci dessus en couleurs d’origine prises le 2 juillet), pour arriver le 14 juillet à un survol  rapproché puisqu’elle effleurera l’astre mystérieux à 12 500 km de sa surface; Une caresse éphémère pour le plus long trajet ciblé dans l’histoire de la conquête spatiale dont chaque donnée mettra près de 5 heures à parvenir sur Terre.

Ci-dessus, les cinq lunes de Pluton. L'image est un composite issu des prises de vues réalisées par la sonde New Horizons. Crédits : NASA/Johns Hopkins Univ. App. Physics Lab./Southwest Research Inst.

Ci-dessus, les cinq lunes de Pluton. L’image est un composite issu des prises de vues réalisées par la sonde New Horizons. Crédits : NASA/Johns Hopkins Univ. App. Physics Lab./Southwest Research Inst.

Il s’agit pour la NASA de recueillir des données qui ont pour équivalent les missions Voyager des années 80. Car en effet, Pluton peut se montrer très enrichissante de données graces aux appareils embarqués par la sonde comme par exemple des spectromètres à image infrarouge et ultraviolet, deux spectromètres à particules, deux caméras dont une télescopique à haute résolution.

Détail de ses instruments de bord : (infos recueillies sur le site industietechno.com)

Instrument de la sonde New Horizon

Instrument de la sonde New Horizon

  • Ralph, lui-même composé de deux instruments. MVIC, un imageur multi-bandes visible et infra-rouge et LEISA, un imageur spectromètre proche infrarouge
  • Alice, un imageur spectromètre ultraviolet dérivé de la mission Rosetta pour analyser la composition de l’atmosphère de Pluton, ainsi que pour analyser son satellite Charon et par la suite des objets de la Ceinture de Kuiper.
  • REX (Radio science EXperiment), un radiomètre passif pour analyser la composition et la température de l’atmosphère de Pluton.
  • LORRI (Long Range Reconnaissance Imager), un télescope pour cartographier la surface de Pluton.
  • SWAP (Solar Wind At Pluto), un spectromètre pour mesurer la vitesse et la densité des particules composant le vent solaire.
  • PEPSSI (Pluto Energetic Particle Spectrometer Science Investigation), un spectromètre pour mesurer la densité et la composition du plasma s’échappant de l’atmosphère de Pluton.
  • SDC (Student Dust Counter), un détecteur conçu par des étudiants pour mesurer la taille des particules de poussières rencontrées par la sonde.

Y a t il de la vie sur Pluton ?

la vie sur pluton

la vie sur Pluton ?

Sa composition permet de supposer en effet que la vie pourrait s’y trouver. Non pas une civilisation discrète, mais plutôt à un état de soupe chimique, des bactéries ou des très simples organismes. Un noyau rocheux recouvert d’une banquise de 20 km d’épaisseur le tout noyé dans température de surface située entre 35 et 45° Kelvin (soit -228 et -238°C).

« La haute atmosphère de Pluton est principalement constituée d’azote, avec des traces de méthane et de monoxyde de carbone produit par les glaces de surface, tandis que la basse atmosphère est riche en méthane.Lorsque l’orbite de Pluton l’éloigne du Soleil, son atmosphère gèle et tombe progressivement sur le sol ressemblant à un fin sable sec. Lorsque son orbite excentrique le rapproche du Soleil (Pluton est périodiquement plus proche du Soleil que Neptune), la température de la surface solide de Pluton augmente suffisamment pour sublimer ce sable en gaz. Cette sublimation a un effet de refroidissement sur la surface de Pluton et crée un « anti-effet de serre » ; un peu comme la transpiration rafraîchit le corps en s’évaporant de la surface de la peau (Wikipedia)« .

Et ensuite ?

ceinture de Kuiper

le grand anneau blanc est la ceinture de Kuiper

Après ce survol historique, notre aventurière continuera son odyssée pour explorer les recoins inconnus de la ceinture de Kuiper, ce vaste cimetière céleste au delà de l’orbite de Neptune ou s’amassent les débris planétaires, gazeux et cométaires de notre système-solaire. Il s’agit des derniers débris de notre système-solaire avant de le quitter pour entrer dans l’espace interstellaire. Elle fera partie des objets artificiels les plus lointains (avec les sondes Voyager) mais contrairement à elles, ses appareils plus performants nous permettrons de rapporter des images dans différentes résolutions et différents spectres des confins de notre bulle solaire et débusquer pourquoi pas des monstres obscurs cachés dans les ombres ténébreuses et inaccessibles de Kuiper, dont la présence est suspectée, supposée, mais pas complètement démontrée.

Pour aller plus loin :

Une ébauche de l’histoire de la sonde par les couloirs du net

Les lunes de Pluton

Les caractéristiques de Pluton

page officielle de New horizon

Petit diapo des dernières images de New Horizon (mise à jour régulière) toutes les images sont issues de la NASA, depuis leur page officielle   :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Typo trouvée