Astylosternus, une famille de grenouilles bien étranges.

 

Trichobatrachus robustus

Une grenouille velue et griffue

astylosternus

Des biologistes de l’université Harvard ont décrit une étrange grenouille velue avec des griffes extensibles. La Trichobatrachus robustus brise activement ses propres os pour produire des griffes qui percent ses ventouses, probablement lorsqu’elle est menacée.

David Blackburn et ses collègues de l’Université d’Harvard (Museum of Comparative Zoology), pensent que cet effroyable comportement appartient à un mécanisme de défense. 

Il y a bien des salamandres qui forcent leurs côtes à traverser leur peau pour produire des barbes de protection sur commande, mais rien d’un tel mécanisme n’a été vu auparavant. 
La caractéristique se retrouve également dans neuf des 11 grenouilles appartenant au genre Astylosternus, dont la plupart vivent au Cameroun.

Trichobatrachus-robustus-griffes-1_thumb

Selon Blackburn :

Certaines autres grenouilles ont des épines osseuses qui sortent de leur poignet, mais dans ces espèces, il semble que les os se développent à travers la peau plutôt que de la percer quand cela est nécessaire pour se défendre.

Certaines grenouilles font croitre des épines sur leur pouce pendant la saison de reproduction, mais ici, c’est tout à fait différent. 

Au repos, les griffes de la T. robustus, seulement trouvées sur ses pieds postérieurs, sont nichées à l’intérieur d’une masse de tissu conjonctif.

Blackburn et ses collègues supposent que lorsque l’animal est attaqué, il contracte ce muscle, ce qui tire les griffes vers le bas. La pointe acérée se détache alors de la pointe osseuse et coupe à travers le coussinet de l’orteil, débouchant sur la face inférieure.

Le résultat final pourrait ressembler à une griffe de chat, mais le mécanisme de rupture et de coupe est très différent et unique chez les vertébrés. Ce qui est également unique est le fait que la griffe est uniquement osseuse et n’a pas de revêtement externe de kératine, ce que l’on retrouve habituellement dans la majorité des autres griffes du règne animal.

Comme Blackburn a seulement étudié des spécimens morts, il ne sait pas ce qui se passe quand les griffes se rétractent, ou même comment elles se rétractent. Il ne semble pas y avoir de muscle pour la replacer à l’intérieur, ainsi l’équipe pense qu’elles pourraient passivement se replacer dans le tampon de ses orteils lorsque son muscle se détend.

En tant qu’amphibiens, il ne serait pas surprenant que certaines parties de la plaie guérissent et que les tissus régénèrent.

Les mâles de l’espèce, qui peuvent atteindre environ 11 centimètres, produisent également de longs cheveux brins, qui sont en faite un type de peau et d’artères, quand elles se reproduisent (voir image d’entête). On pense que les « poils » leur permettent de récupérer plus d’oxygène à travers leur peau pendant qu’ils prennent soin de leur progéniture.

Au Cameroun, elles sont rôties et mangées. Les chasseurs utilisent de longues lances et des machettes pour tuer les grenouilles, apparemment pour éviter d’être blessés par leurs griffes.

La première description des grenouilles à griffes érectiles (comme les chats) a été décrite par le zoologiste belge George Boulenger, en 1900, chez les grenouilles trouvées dans le Congo français, aujourd’hui la République du Congo.

(Cet article provient su site http://www.gurumed.org)

Pour aller plus loin à propos de cette grenouille:

Trichobatrachus_robustus_01

Les griffes de ces vertébrés sont utilisées dans une variété de comportements importants et sont généralement composées d’un fourreau de kératine qui recouvre la phalange d’un doigt. Griffes kératiniques, cependant, sont rares chez les amphibiens vivants, leur microstructure et d’autres caractéristiques indiquent qu’ils proviennent probablement indépendamment des amniotes. Ici, nous montrons que certaines grenouilles africaines ont un autre type de griffe, utilisé dans la défense, qui est unique dans la conception parmi les vertébrés vivant et manquent d’une enveloppe de kératine. Ces grenouilles ont des phalanges sectorielles sur leurs pattes de derrière qui deviennent fonctionnelles en coupant à travers la peau.

Trichobatrachus-robustus-griffes-2_thumb

En phase de repos, la phalange est sous-cutané et attachée à un nodule osseux distal, un élément squelettique néomorphiques, dû à une grande quantité de collagène du tissu conjonctif. Lorsque érigée, la griffe s’affranchit de la nodule et perce la peau ventrale. Le nodule, suspendu par une gaine attachée à la phalange terminale et soutenu par des connexions de collagène dans le derme, puis reste fixée en place. Bien que ressemblant superficiellement à la forme de griffes dans d’autres tétrapodes, ce sont les seuls vertébrés connus pour leur griffes, capables de percer la peau et les os pour devenir fonctionnelles.

(définition de la royal socoety).

Grenouille-Otto2_thumb-1

La grenouille velue est une grande grenouille,  qui est le plus connu pour les « poils », longue parrure,  qui ne poussent que sur les mâles et uniquement pendant la saison des amours. Ces barbes sont en fait de très minces morceaux de chair qui se développent sur les cuisses du mâle et sur les côtés du corps de ses pattes antérieures à la croupe. Les grenouilles respirent de l’oxygène avec leurs poumons et par la peau. En fait, ce sont les vaisseaux sanguins de la peau qui sont en mesure de prendre de l’oxygène. Les grenouilles velues ont de très petits poumons. Les scientifiques pensent que l’aide de cette barbe  du mâle lui apporte de l’oxygène supplémentaire, et donc plus de vaisseaux sanguins, par lesquels respirer. Ceci est important pour les mâles, qui doivent avoir le plus d’oxygène possible  quand ils s’accouplent et pouvoir ainsi  prendre soin de leurs petits dans l’eau, seule période ou ces grenouilles sont aquatique, le reste de l’année elle vivent sur la terre ferme.

Les mâles ont aussi beaucoup de coussinets rugueux sur leurs pieds avant palmés. Leurs pattes arrière, qui sont palmées également, semblent avoir quelques tampons, mais pas autant que les pieds avant. Les plaquettes les aident probablement à accrocher à la femelle pendant l’accouplement. Ils ont de très longs orteils sur leurs pieds arrières. Les mâles et les femelles sont brun verdâtre foncé à noir et ont une longue tache sombre au centre du dos et des taches sombres plus petites vers la croupe. Chez les grenouilles particulièrement sombres, la tache et les taches peuvent être difficiles à voir.Les grenouilles velues ont une gorge jaune. Les mâles se développent bien plus que les femelles. Les mâles peuvent atteindre 5,2 pouces (13 centimètres) de long, tandis que les femelles atteignent 3,6 pouces (9 cm) de longueur.

hairy-frog

Distribution: Elles vivent dans la partie occidentale de l’Afrique centrale, y compris l’est du Nigeria, le Cameroun, la Guinée équatoriale, et certaines parties de la République démocratique du Congo et le Gabon. Les scientifiques pensent qu’elles peuvent aussi vivre en Angola, bien qu’ils n’aient pas encore vu de là-bas.

Habitat: Les grenouilles poilues comme particulièrement à rendre leurs maisons dans les zones où, forêts luxuriantes épais entourent les ruisseaux et les rivières à courant rapide. Parfois, les grenouilles vivent dans les exploitations agricoles, tels que les plantations de thé, mais préfèrent généralement les forêts de montagne. Elles restent sur la terre ferme presque toute l’année, mais entrent dans les ruisseaux et les rivières pour s’accoupler.

Chaque femelle pond ses œufs dans l’eau, et le mâle reste avec eux. L’eau contient de l’oxygène, et la peau de la grenouille, y compris les vrilles sur ses côtés et les jambes, prends cet oxygène, ainsi la grenouille peut respirer, même quand elle est complètement sous l’eau. Pour cette raison, le mâle peut rester en dessous de la surface avec les oeufs pendant des jours sans avoir à remonter à la surface. Les œufs éclosent en têtards qui ont une grande ventouse sur le côté du ventre. Leurs griffes les aide à se fixer aux rochers et autres surfaces dans l’eau. Les têtards continuent d’y vivre, parfois même de s’aventurer dans la mousse au fond de petites chutes d’eau, avant de se transformer en petites grenouilles et partir à la conquête de la terre.

(mode de vie tiré du site animals.jranks.rog )

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. gaetandaviau dit :

    On ne cesse de découvrir de ces créatures étranges…comme quoi notre bonne vieille Terre recèle encore tout plein de secrets.

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Sans compter toutes ces créatures étranges qui ont disparues sans même qu’on ne suspecte leur existence!

      J'aime

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s