sur les traces de Jack l’éventreur

BRITAIN JACK THE RIPPER

« Si tout homme avait la possibilité d’assassiner clandestinement et à distance, l’humanité disparaîtrait en quelques minutes. »

(Milan Kundera)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est un quartier crasseux et surpeuplé par les plus pauvres et les plus démunis. Pas d’école pour les enfants, pas de travail pour les adultes, pas d’électricité, et l’eau courante est une denrée rare, ne reste plus que l’alcool et la prostitution pour permettre aux habitants de croire qu’ils ne sont pas tout à fait encore rendus en enfer. Nous sommes en avril 1888 et l’histoire se prolonge jusqu’au crime du 09 novembre de la même année, date présumée du dernier crime de Jack.
D’autres crimes pourtant continueront jusqu’en février 1891 dans le plus sordide des quartiers qu’aura connu l’Angleterre, un quartier qui fait penser au carreau du temple qu’on avait à Paris au XVIème siècle. Pourtant, la photographie existe déjà, les premiers moteurs existent déjà, et la lumière électrique existe déjà.

Dans ces arrières cours surpeuplées, ses ruelles bondées d’âmes errantes, sans commerces, ses passages coupe-gorges dépourvus d’espoir que même les dieux de la terre semblent avoir abandonnés depuis déjà longtemps, un mystérieux tueur va rendre les lieux encore plus sinistres, son nom? Nul ne le sait, des dizaines possibles, ses victimes? 5. Cinq prostituées du quartier qui seront retrouvées atrocement mutilées. Mais par qui? Et pourquoi? Et cette période des faits si courte, pourquoi?

125 ans après, de nombreuses questions résonnent de vide, il n’aura gagné qu’un surnom:  » Jack the ripper »  » l’éventreur  » . Je ne vous dévoilerai pas ici la véritable identité de Jack, mais plutôt les pistes vers des arguments de poids, bien entendu controversés puisque chaque spécialiste a sa version et son suspect. Pour certains il s’agirait d’un membre de la famille royale, pour d’autres ça serait un boucher, certains affirment qu’il pourrait s’agir d’une femme…
Pas facile de s’y retrouver surtout que chaque version prend les éléments à son avantage, et surtout, chacun pourrait avoir raison.

La seule certitude que l’on a réellement c’est l’origine de son nom, puisque c’est l’assassin lui-même qui signa « Jack the ripper » sa première lettre envoyée à la police contenant des détails du meurtre commis quelques heures auparavant.

Tout et son contraire ont été dit à ce sujet, aussi, c’est pour repartir sur des bases réelles que j’ai fait cet article, et recherché pour ceux qui veulent en savoir plus sur Jack l’éventreur les sites les plus sérieux qui traitent du sujet.
Donc, je vais vous donner ici les principales pistes, les liens les plus perspicaces pour continuer vos recherches sur des voies sérieuses, avec un documentaire intéressant sur l’un des plus célèbres tueur de l’histoire.

Cliquez sur l’image pour voir la vidéo.

jack-the-ripper
Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo.

pour aller plus loin:

Vous trouverez une synthèse de l’histoire officielle ici tirée de la source officielle de la police de Grande Bretagne ou l’on y apprend brièvement les faits, les principaux suspects, ainsi qu’un tableau clair affichant les victimes, la date du meurtre, ainsi que les blessures infligées. Quelques éléments d’enquête, et le tout en Français et en Anglais. Par contre il n’y a pas de photos, ni de liens.

Dans ce lien, vous trouverez l’intégralité de l’affaire, c’est à mon sens le meilleur site sur Jack l’éventreur, vous y trouverez absolument tout ce qu’il y a à savoir à ce propos sur deux longues pages avec des images d’époques, une liste des meilleurs livres écrits sur Jack l’éventreur, et une filmographie (fiction adaptées et documentaires), des explications de profilers et des rapports de police.

Pour le Figaro, Jack pourrait être une femme.

Publicités

5 commentaires Ajouter un commentaire

  1. gaetandaviau dit :

    Bonne idée Steve que cet article sur cet assassin notoire. Quoiqu’intriguant et fascinant à la fois, il n’en demeure pas moins que j’éprouve quelque malaise à la publicité qu’on témoigne à ces tueurs en série. Comme si la publicité pouvait entraîner d’autres « malades » à rechercher une certaine gloire.

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Bonjour Gaëtan, en effet, c’est pourquoi j’ai choisi un personnage loin dans le temps, et bien plus pour le mystère qui entoure son identité et le contexte social dans lequel se déroulèrent les faits.
      Je pense (et j’espère) que ce type d’histoire ne peux plus se dérouler de nos jours.
      Je ne parle pas par exemple des assassins contemporains, car là en effet, promouvoir ces gens, je n’y tiens pas!
      Malheureusement, des malades mentaux ou moraux, des pervers il y en a toujours eu, il y en a encore et il y en aura toujours qu’on en parle ou non, car ce n’est pas un phénomène de société, des histoires remontant au moyen-âge le confirment, c’est un problème bien plus inquiétant, et chaque individu qui naît peut devenir un tueur, selon son vécu, son enfance, son éducation, sa morale et l’instabilité fragile de sa psychologie.

      J'aime

  2. je connais une fille qui a mené l’enquête et ecris un livre

    J'aime

    1. steve legere dit :

      Bonjour Blabla, tu peux citer le livre et mettre un lien si tu le souhaites !

      J'aime

Vous souhaitez réagir à cet article ? Ça tombe bien, vous pouvez le Faire ici !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s